AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amaïa/Dimitri - WE Amoureux Madagascar [à corriger]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amaïa



Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2016

MessageSujet: Amaïa/Dimitri - WE Amoureux Madagascar [à corriger]   Jeu 20 Déc - 18:52

Week-end en amoureux à Ampefy pour se rendre aux cascades, geysers, lieu de repos en pleine nature

Le rythme de vie du maréchal était bien rodé. Il était à temps plein au centre de soin et d'astreinte un week end sur deux. Le reste du temps Dimitri s'organisait pour travailler ses deux chevaux. Il était toujours entrain de préparer des spetacles. Aujourd'hui le programme était bien différent. Le couple avait prévu de se faire un week end en amoureux. Ils faisaient régulièrement des sorties. Ces moments leur permettaient de se retrouver et prendre un bol d'air frais. Cette fois ci c'était un voyage à Ampefy, un ensemble de cascades et de geysgers divers. Ils avaient loué une chambre dans un hôtel local en lisière de la petite forêt menant à des sources chaudes naturelles, ainsi qu'à une belle cascade un peu plus loin.

Le couple avait laissé la jeep de Tom sur un parking pour ensuite rejoindre les cascades. Dimitri avait tiré le frein à main doucement et s'était tourné vers Amaïa,un sourire radieux sur le visage, les yeux pétillant de joie.

Dimitri : On y est mon ange ! ça va être super ! On a rien oublié j'espère ?!
Amaïa : Oui ! Ca va être merveilleux, rien que le paysage c'est .... c'est parfait. Dimitri, on ne part que pour deux jours ! Que veux-tu oublier qui soit indispensable en si peu de temps ? -rire-

Elle se toruna vers Dimitri avant de l'embrasser tendrement, comme pour le remercier de lu permettre une petite sortie. En fait Tom avait beaucoup insisté pour qu'elle prenne quelques jours de repos. Ne voulant pas s'absenter trop longtemps, ils en avaient convenus qu'elle se rait absente quelques week-ends pour qu'elle puisse se ressourcer et se retrouver avec Dimitri. Et cela faisait le plus grand bien au couple.

Avant de pouvoir aller aux cascades et sources chaudes de la petite station thermale, le couple se présenta au hall d'accueil afin de pouvoir déposer leurs affaires dans leur chambre du week-end. L'hôtesse fit l'effort de parler anglais pour qu'ils puissent comprendre le fonctionnement et les règles de sécurité. La visite de la chambre se fit rapidement. Il y avait tout le confort minimum attendu, et la baignoire d'angle et le lit semblaient très confortables. Ce qui allait changer un peu de la douche de l'académie. La brunette aller se prélasser tout le week-end et en profiter pour détendre au maximum son corps. Un sourire s'afficha en ayant une pensée totue simple.

Amaïa : J'espère qu'il a possibilité d'avoir des massages. Sinon tant pis, je devrais attendre un peu plus...
Dimitri : hum..tu sais que je suis pas un mauvais masseur, je vais m'occuper de toi.
Amaïa : Ah bon ? Je ne me souviens plus très bien ....

La jeune femme savait bien qu'ils n'étaient pas dans une station thermale de ce genre, et c'était donc un appel assez flagrant pour que son compagnon prenne soin d'elle, tout comme elle le ferait aussi pour lui. Un petit moment intime et de détente, sans avoir à se soucier de quoi que ce soit. Elle ne tarda pas à poser son sac non loin du lit avant d'en sortir son maillot de bain deux pieces et une tenue chaude à enfiler rapidement par-dessus. Elle sortit aussi son grand peignoir afin de ne pas avoir froid à la sortie des sources. Il ne fallut pas longtemps à l'éleveuse pour se changer dans la salle de bain et de revenir tout guillerette dans la chambre, voyant Dimitri fouiller avec acharnement dans son sac.

Amaïa : Tu es prêt mon chéri ?
Dimitri : euh oui je crois que j'ai tout

Le grand russe avait montré un sac ou il avait mit deux serviettes, le pique nique, le nécessaire de crème solaire et pharmacie. Il essayait d'être prévoyant et détaillait tout ça en riant. Il avait attrapé une veste tout en rejoinant Amaïa;

Dimitri : mais l'essentiel est là avait-il dit en l'embrassant tendrement. Maintenant je suis prêt !

Amaïa réondit à son baiser avant de sourire et de se diriger vers la porte.

Amaïa : On commence par les sources chaudes ?
Dimitri : Oui, tu sais...je te suivrais jusqu'au bout du monde

Vu l'heure de fin d'après-midi il devait sûrement y avoir un peu de monde au niveau des cascades et la jeuen femme restait tout de même un peu pudique. Elle préférait commencer par se prélasser dans les sources chaudes, comme dans les stations thermales, plutôt que d'aller dans une cascade naturelle, froide, avec du monde autour. Et d'après ce que leur avait dit l'hôtesse d'accueil, ils pouvaient très bien y aller en soirée jusqu'à une certaine heure avant que le site ne soit surveillé.

Il leur fallait marcher une dizaine de minutes avant d'atteindre la zone qui servait de source, se servant de la chaleur des geysers naturels non loin. C'était assez impressionnant, à se demander si c'était réel, et comment la nature pouvait faire de telles chose. Bon bien sûr les petits "spas" avaient étés créés par l'homme mais la chaleur qui se dégageait était presque totalement naturelle.

Amaïa : C'est maginifique.... Merci mon coeur.

Dimitri avait sourit en observant le paysage. La vue était à couper le souffle mais il s'était retourné vers Amaïa et n'avait pas pu s'empécher de la prendre dans ses bras en l'embrassant.

Dimitri : c'est vrai que c'est beau mais rien n'est aussi magnifique toi mon coeur

Après un petit calin, il avait entrainé sa dulcinée vers les sources. Il y avait assez de bassins et le couple n'eut aucun mal à trouver un endroit tranquille ou ils pouvaient être seul. Dimitri s'était rapidement mis en maillot et avait plongé en faisant une bombe dans l'eau chaude. Il n'aurait peut être pas du mais iln'avait pas pu s'en empécher. En sortant la tête de l'eau, il avait fait un grand sourire à Amaïa en ouvrant les bras vers elle. La brunette se mit à rire en voyant Dimitri faier une bombe pour entre dans le petit bassin d'eau chaude. Ce n'était pas un lieu pour, et pourtant, il restait naturel, fidèle à lui-même.

Dimitri : l'eau est chaude, c'est super, viens ma puce !
Amaïa : Oui j'arrive !

Sans plus attendre elle entra doucement dans le cercle d'eau chaude et elle fut vraiment très agréablement surprise par la chaleur qui en sortait et elle pur se mettre entièrement dedans en peu de temps. Elle qui d'habitude avait toujours du mal à entrer dans les piscines ou autre, là il n'y avait aucun problème. Elle poussa un soupir de soulagement et regarda son petit ami avec tendresse.

Amaïa : Je sens que ce week-end va nous faire le plus grand bien !
Dimitri : Oh oui, on en a bien besoin

Une sourire des plus sincères s'afficha sur ses lèvres. Elle se rapprocha du grand russe pour se coller à lui et se mit à l'embrasse tendrement avant de reprendre un position pour savourer pleinement les bienfaits de cette source d'eau chaude. La brune ferma les yeux, se relaxant le plus possible.
Après leur embrassade, Dimitri avait gardé la jeune femme dans ses bras. Il ne voulait pas qu'elle s'éloigne de lui. Il voulait être un coussin, un refuge et un transat pour elle. Alors qu'elle fermait les yeux il avait laissé ses mains lui caresser les épaules et lui masser le cou. Ils étaient tous deux beaucoup pris par leur travail. Ils n'avaient pas l'occasion de se détendre et ce week end était là pour ça. Pendant plusieurs minutes le silence les entourait. Ils n'avaient besoin de rien d'autre que la présence l'un de l'autre. Dimitri caressait toujours Amaïa, les yeux à demi fermé, profitant de l'eau chaude et des faibles remous du bain. Il sentait ses muscles se détendre et son coeur s'alléger. Il avait approché sa bouche du cou d'Amaïa pour l'embrasser tendrement, respirant l'odeur de ses cheveux et de la douceur de sa peau.
La française se laissait faire, savourant le moindre petit contact, le moidre petit bisou, le moindre souffle sur sa peau. Elle se détendait un peu plus et laissa sortir quelques soupirs montrant qu'elle se détendait et profitait de l'instant présent.

Tout en gardant le silence, Dimitri s'était un peu plus allongé dans l'eau, entrainant Amaïa contre lui. Il n'avait que faire des autres personnes dans les bains voisins. Ils étaient seuls dans l'eau et il avait pu laisser ses mains s'enfonçait dans l'eau pour enlacer les courbes de son amour, appréciant leur poximitié et leur intimité. Collée contre lui, la brunette commença à ressentir quelques envies, mais la proximité d'autres bains, et la présence d'autres personnes la bloquèrent totalement. Elle se colla un peu plus contre lui, appréciant la moindre des caresses que lui faisait son compagnon, et elle se mit à faire de même, effleurant ses bras, du bout de ses doigts.


A moitié dans un autre monde, elle se releva doucement, entraînant un peu plus intime qui lafit rougir, mais elle se redressa à peine une peu sur sa nuque pour pouvoir voir le visage de son compagnon.
D'un petit murmure elle rompit le silence qui les entourait, simplement brisé par le son des bulles d'eau chaude, ou des petites vaguelettes faites par leurs mains.

Amaïa : Chéri .... Est-ce que tu te sens prêt pour qu'on tente à nouveau d'avoir un enfant... ou est-ce que c'est trop tôt ...

Elle se sentit vite rougir, un peu gênée par le sujet. Elle avait plusieurs longs mois avant d'accepter à nouveau la moindre caresse intime, ayant beaucoup de mal à accepter la mort de leur bébé. Depuis ils n'avaient jamais reparlé du sujet, suivant simplement les précautions données par le médecin qui les avait suivi. Mais là, en cet instant, elle se sentait à nouveau prête. peut être pas pour de suite, mais elle n'était plus contre l'idée que ça puisse à nouveau arriver, et elle en serait à nouveau heureuse d'être maman aux côtés de son russe bien-aimé.
Amaïa espérait simplement qu'il ne prendrait pas mal ou de travers sa question. Ou qu'il ne sauterait pas de suite sur l'occasion pour franchir à nouveau cette étape. Mais elle avait toute confiance en lui, ils étaient maintenant en couple depuis quelques années, il a été d'un énorme soutien pour elle, et plus tard elle a remarqué que lui aussi a autant souffert qu'elle de cette perte. Peut-être même qu'il était prêt avant elle pour avoir à nouveau un enfant, mais ils n'avaient jamais abordé le sujet, et elle se sentit un peu mal à l'aise.

Amaïa : Enfin, peut être pas de suite... mais ... je ne suis pas contre l'idée que ça arrive à nouveau ...

Elle tenta un sourire timide, comme pour expliquer ses pensées, sans arriver à trouver les mots justes, ou les bonnes paroles. Dimitri lui avait sourit pour la rassurer. Il avait été surpris par le sujet abordé. Il ne s'attendait pas du tout à devoir réfléchir à des choses si sérieuses. Voila plus d'un an qu'ils avaient perdu le bébé. Pour le russe c'était encore douloureux mais il avait réussi à reprendre le dessus. La période noire était loin, pour autant ce n'était pas indolore de repenser à ce drame. Il avait serré son étreinte autour d'Amaïa. Il l'aimait plus que tout au monde, il voulait des enfants avec elle. Il était d'accord pour essayer si elle se sentait prête.

Dimitri : Ma chérie, je veux fonder une famille avec toi. Je suis prêt à essayer autant de fois qu'il faudra.

Le russe avait déposé un baiser dans le cou de son âme-soeur. Il l'avait aimée dès leur premiere rencontre. Ils avaient mis du temps à s'avouer leurs sentiments mutuels. Dès l'instant où ils l'avaient fait, la vie avait changé pour Dimitri. Ils ont eu des hauts et des bas pourtant leur amour n'avait jamais cessé de grandir. Cela faisait trois ans qu'ils étaient ensemble et malgré tout ce qu'ils avaient vécu, Dimitri ne regrettait rien. Il était prêt à être père, à fonder une famille et à regarder vers l'avenir.

La brunette apprécia les doux baisers dans son cou, appuyant les paroles douces et rassurantes de son compagnon. Avec un petit sourire timide, ses joues rougissantes, et une voix murmurant presque, elle reprit la parole avec tendresse.

Amaïa : Je t'aime Dimitri. Et je veux aussi fonder une famille avec toi.

Elle se contorionna un peu pour se retrouver de profil sur lui et pouvoir l'embrasser avec tendresse et amour, définissant leur couple tel qu'il était. Après de longs baisers doux, elle se nicha dans la nuque de son compagnon, profitant de l'instant, et n'hésitant pas à le caresser du bout des doigts sur son torse d'une main, et dans la nuque de l'autre.

Dimitri avait apprécié leurs doux baisers. Il se voulait rassurant mais au fond, il redoutait ce nouvel essai. Il se demandait s'il était vraiment prêt à revivre tout ce stress. Aujourd'hui il était maréchal et Amaïa était devenue associée au refuge New Life. Ils avaient tous deux plus de responsabilités et moins de temps libre. Ils allaient devoir s'organiser mais cela faisait partie du jeu pour se construire une nouvelle vie. Ils ne pouvaient pas se tuer à la tâche, ils devaient arriver à penser à eux et à leur avenir.
La jeune femme voyait bien que ce sujet faisait soulever quelques questions, que c'était un grand engagement pour les deux, et qu'ils devraient, ensemble, franchir cette nouvelle étape, devant presque oublié la fausse couche de l'année passée. Dimitri semblait un peu embrouillé dans ses pensées, tout comme la jeune femme, jusqu'à ce qu'il se mettent à s'embrasser tendrement et que ces questionnements s'apaisent.

Dimitri : je t'aime plus que toi avait-il murmué en caressant les cheveux d'Amaïa.
Amaïa : Ah bon, tu es sûr ? Parce que mon amour pour toi est infiniment grand ...

Le grand blond plaisantait mais il savait que sa compagne le comprendrait. Elle entra dans le jeu, le regard plein de malice et se mit à l'embrasser à nouveau, cette fois de façon un peu plus fougueuse que leurs baisers précédents, avant de terminer par un baiser plus tendre et de l'embrasser dans le cou. Il avait reprit les caresses sur les épaules de la cavalière. Il s'était même mis à la masser un peu, tout en reprenant d'une voix tendre et douce. Amaïa se détendit sous les petits massages du russe, très doué pour lui défaire ses noeuds en peu de temps.

Dimitri : Est ce que ça serait trop tôt d'essayer ce soir ?

Amaïa ne pouvait pas le voir mais il avait un regard rieur. Il n'avait pas réellement l'intention de faire cette tentative si vite, c'était juste un appel à une soirée romantique et passionnelle. A cette question, elle tourna un regard totalement abasourdi vers lui. Elle se doutait bien qu'ils ne pouvaient pas réellement programmer quand ils voudraient se remettre à avoir un enfant, mais cette question laisser sous entendre la soirée à venir. Bien qu'ils étaient en couple depuis un peu plus de trois ans, elle restait un peu timide à parler de ce sujet. Le feu aux joues, par envie mais surtout par gêne, elle lui répondit, le regard un peu caché.

Amaïa : Disons qu'on peut toujours voir si on s'en souvient ...

Sa réponse était pleine de sous entendu, et elle releva un regard amoureux et plein d'envie au russe. Les deux se connaissaient bien, et il arrivait à la faire sortir de ses barrières, de ses chemins prédéfinis. Elle arrivait à se lâcher un peu plus avec lui. Dans un élan inattendu, elle se mit carrément à califourchon sur lui pour pouvoir l'embrasser avec passion et l'enlacer de ses bras autour de son cou, se collant au maximum contre lui.

Dimitri : Oh je suis sur que ton corps s'en souvient bien...

Le grand blond avait lâché un large sourire. Il savait que le sujet la mettait mal à l'aise. Il essayait toujours de la dérider par rapport à cela, quand ils étaient seuls. Ils avaient eu une période à vide après la perte de l'enfant. Ils avaient eu du mal à se retrouver. Aujourd'hui c'était derrière eux, la passion était revenue et ils ne se privaient de la consommer.

Dimitri avait laissé ses bras autour des hanches d'Amaîa, qui était maintenant à cheval sur lui. Il appréciait cette position, cette proximité et cette fougue qu'il voyait chez sa dulcinée. Il avait un sourire radieux accroché aux lèvres. La voir rayonnante et pétillante le rendait heureux. Ils étaient loin de leur organisation bien réglée du haras. Ils étaient loin de leur tenue d'équitation et de l'odeur des écuries. Ils avaient eu du mal reprendre les sorties comme celle-ci. Cela faisait seulement quelques mois qu'ils avaient réellement retrouvé des moments de complicité et de bonheur hors des murs du haras.

Dimitri : J'adore quand tu es comme ça ma chérie.

Il s'était redressé pour venir l'embrasser en lui caressant le dos. Dimitri savait Amaïa plutôt pudique, il ne comptait rien tenter ici. Pour autant, il n'allait pas se gêner pour lui témoigner son amour et la caliner, n'importe ce que pouvait penser les gens dans les bains d'à côté. Ils ne faisaient rien de répréhensible et si leur amour dérangeait, ces personnes n'avaient qu'à regarder ailleurs. Dimitri ne comptait pas descendre de son petit nuage. Il avait plongé son regard dans celui d'Amaïa avec une flamme ardante à l'intérieur. Il l'aimait plus que tout au monde. Il n'aurait jamais crut cela possible. Il était heureux d'avoir eut la chance de rencontrer Amaïa. Elle était son ange tombé du ciel. Elle l'avait d'abord aider à s'intégrer à son arrivé à Full Horse. Elle l'avait toujours soutenu et crut en lui. Par dessus tout elle lui avait fait le plus beau des cadeaux, son amour. Dimitri était comblé de l'avoir dans ses bras à cet instant, se souvenant tout ce qui faisait sa vie et qu'à présent, sa vie c'était Amaïa.
La française était sur son petit nuage elle aussi, totalement détendue, le bain de source chaude lui ayant fait le plus grand bien. Puis la présence de son compagnon lui faisait énormément de bien, le savoir aussi proche d'elle, la soutenant. Il était son pillier.
Dans un petit murmure elle se détacha doucement de sa nuque, les yeux pétillants.

Amaïa : Tu veux qu'on retourne à notre chambre ... ? On pourra toujours revenir un peu plus tard dans les bains si on veut.
Dimitri : Avec grand plaisir avait-il murmuer avec un ton mielleux.

Même si elle ne le disait pas mot pour mot, c'était une façon assez explicite de faire comprendre russe qu'elle avait quelques envies et qu'elle voulait passer du temps avec lui, en intimité. Elle l'embrassa tendrement avant de se dégager doucement de lui. Le couple était sorti de l'eau et chacun s'étaient enroulé dans une serviette pour regagner leur chambre. Ils passèrent le reste de la soirée dans la chambre, ne sortant que pour diner au restaurant sur place. Ils n'avaient pas prévu de reprendre la voiture du week end. Il y avait tout le confort nécessaire dans la station et pour l'heure, ils avaient simplement besoin de se retrouver et de se détendre. Demain, ils allaient passer leur journée dehors alors ce soir ils devaient se reposer.

***

Au petit matin Dimitri était parti acheter le nécessaire pour un petit pique nique. Aujourd'hui ils avaient prévu une balade sur les sentiers de la station. Ils avaient prévu de rejoindre une cascade et d'y passer la journée. Le russe avait préparé les sac à dos la veille et venait de terminer de ranger le pique nique dans le sac à dos. Il ne restait plus qu'à déjeuner et à partir à l'aventure. Dimitri était excité à l'idée de passer toute la journée en compagnie d'Amaïa, loin des chevaux, loin du travail. Ce week-end personne ne l'appellerait pour une urgence, il n'aurait pas à partir voir un cheval boiteux ou blessé. Il y avait assez de maréchaux au haras pour qu'ils n'aient pas besoin de lui.

Le blond était revenu se rallonger à côté d'Amaïa et s'était mis à lui caresser doucement les cheveux pour la réveiller. Il adorait la voir dormir. Il n'était pas rare qu'il reste plusieurs minutes à l'observer le matin avant de partir pour son footing quotidien. Ce week end il n'avait pas prévu de faire ses entrainements. Il ne pourrait pas s'empêcher de faire quelques acrobaties au cours de la journée mais il n'était pas parti courir. Il voulait profiter au maximun d'Amaïa et de leur week end en amoureux.

Dimitri : Bonjour ma chérie....Tu es réveillé ?

La brune qui était encore dans le lit, avait à peine senti et entendu son compagnon se lever et préparer le pique nique. Ce n'est que lorsqu'il se mit à lui caresser tendrement les cheveux, collé face à elle, qu'elle commença à émerger doucement, avec un petit sourire aux lèvres.

Amaïa : Bonjour mon coeur.... Bien dormi ...?
Dimitri : oui du moment que je suis à tes côtés...

Encore un peu dans son sommeil, elle ouvrit doucement ses yeux, papillonnant jusqu'à y voir un peu plus clair et afficha un grand sourire à son Dimitri. Elle s'étira doucement avant de venir l'enserrer dans ses bras et lui faire un gros câlin, comme elle aime le matin ou le soir avant de s'endormir.

Amaïa : Tu me laisses quelques minutes puis on va à la douche si tu veux ?

Il n'y avait vraiment aucun sous-entendu dans sa proprosition. C'était juste une petite habitude qu'ils aimaient partager entre eux. Et s'il y avait plus, et bien ce n'était que du bonus, mais sinon c'étit surtout profiter au maximum l'un de l'autre, car avec le travai lde chacun à l'académie, ils ne se voyaient au final pas tant que ça, et souvent la fatigue les rattrapait bien trop rapidement.

Dimitri avait acquiescé en enlaçant Amaïa tout en lui caressant d'une main les cheveux, de l'autre le dos. Il aimait la voir se réveiller tranquillement. Ils ne pouvaient pas toujours partager ces moments là au haras. En général il était levé bien plus tôt et bien qu'ils se croisent le matin et qu'ils partagent leur déjeuner, ils n'avaient pas souvent l'occasion de se lever ensemble, de prendre la douche ensemble, en somme de prendre le temps.

Après un moment calin, le couple était parti à la douche enfin c'était plutôt une baignoire mais ce n'était pas l'heure de prendre un bain. Au cours de la douche Dimitri avait frotté le dos d'Amaïa, s'attardant sur ses hanches et ses reins. Il aimait chaque courbe du corps de sa dulcinée mais il s'était retenu, ce n'était pas faute d'avoir eu envie d'elle.

Une fois que le coupl eétait prêt, la brune chaussa ses chaussures de randonnée, et dans un élan sauta sur ses pieds, signe qu'elle était totalement prête. Au cas où elle avait mis une petite casquette pour éviter tout risque d'insolation.

Amaïa : On y va ? On commence par où ?

La jeune femme adorait marcher, découvrir les alentours. mais les expéditions avec Dimitri étaient différentes, bien plus intéressantes. Déjà, ils pouvaient prendre leur temps, restant collés l'un à l'autre, ils savouraient chaque seconde, ainsi que le paysage, qui était toujours fabuleux à voir. Et puis c'était surtout un moment d'évasion où le couple se retrouvait, sans forcément avoir besoin de parler.
Chacun portait un sac à dos. Un contenant le pique nique ainsi qu'une carte, un téléphone et des bouteilles d'eau, l'autre des serviettes de toilettes et un change. C'était plus e ncas de pluie inattendue, mais l'idée d'aller à une cascade les avait illuminés les deux. Et la jeune femme connaissait bien son petit ami, elle en mettrait sa main à couper qu'il serait tenter d'aller se jeter à l'eau une fois arrivés à la fameuse cascade. Enfin si cela restait possible.

Sur le chemin, l'éleveuse suivait son compagnon qui évait lui même organisé la petite randonnée et elle était impatiente de voir ce que réservait cette balade pédestre en amoureux. Dimitri suivait une sentier balisé par des pictorames de goutes d'eau. La randonnée durait deux heures et demi pour arriver à la cascade. Il n'y avait aucun risque qu'ils se perdent et ils étaient large au niveau timing.

Le russe marchait en tenant la main de sa dulcinée. Il n'avait pas sorti la carte se contentant suivre le chemin en observant le paysage. Ce dernier avait beau était magnifique, le blond arrêtait souvent son regard sur la brunette qui s'émerveillait à chaque détour. Dimitri, lui, s'émerveillait de la beauté de sa compagne, même avec une casquette visé sur la tête, elle était belle à croquer. Il s'était un poil rapproché pour passer un bras autour des hanches de celle ci et profiter de cette petite marche.
La brunette marchait avec calme, elle imprimait chaque image du paysage dans sa mémoire. c'était tellement magnifique, unique, et puis une expérience qu'elle ne vivra certainement qu'une fois dans sa vie... Elle avait constamment le sourire aux lèvres, elle regardait son compagnon avec un air paisible et beaucoup d'amour.

Dimitri : C'est magnifique, cela ferait une super balade à cheval tu ne trouves pas ?
Amaïa : C'est vrai ! Mais on est tout aussi bien à pied, ça nous change un peu et puis ... on es trien que toi et moi, en amoureux...

Sur ces mots elle s'était arrêtée, retenant son compagnon par la main avant de se mettre sur la pointe des pieds pour l'embrasser tendrement. Il y avait beaucoup de passion et d'amour dans son baiser, mais il restait doux. Après quelques minutes elle lui sourit avant reprendre la marche, toujours sur son peti nuage.
Le couple s'arrêtait par moment pour prendre quelques photos, du paysage, ou même d'eux, histoire de se faire des souvenirs. Et la brune se mit à rire de vive joie lorsque Dimitri l'attrapa pour la porter sur son dos les derniers mètres avant d'arriver devant la fameuse cascade. Le couple se stoppa et admira le paysage queleur offrait la nature.

Amaïa : Waaaahouw ... C'est ... je n'aurai jamais cru voir un tel spectacle de la nature un jour.

Elle se pencah un peu en avant pour attirer l'atention du russe et lui déposer un bisou sur la joue.

Amaïa : Je sais qu'il existe des cascades bien plus impressionnantes dans le monde mais ... ca reste quelque chose de fabuleux.

Doucement la basque mit pied à terre et se mit à prendre Dimitri en photo avec la cascade en fond. Comme d'habitude il faisait le pitre dessus, mais c'était son charme, et ce qui plaisit à la jeune femme, son naturel et sa joie de vivre. Ils reprient leur marche jusqu'à arriver près de la cascade, le bruit de l'eau s'écoulant se faisant plus intense. Il y avait d'autres touristes mais tout le monde appréciait ce moment.
L'heure du pique-nique arriva enfin pour le couple qui s'installa sur une zone à peu près plane, en contre bas, vers la chute de la cascade. Elle n'était pas forcément immense, mais le cadre en faisait un lieu totalement reposant et déroutant.

Leur pause repas fut très simple mais leur fit du bien et leur permit de passer du temps ensemble, d'échanger, de profiter. Le sujet des chevaux n'échappa pas à la règle, mais al jeue nfemme essayer de ne pas trop en parler sachant qu eleur quotidien arriverait à grands pas, alors autant profiter pleinement de l'instant présent. Dimitri était le plus heureux des hommes. Tout au long de la balade il avait arborré un sourire radieux et ce dernier n'avait fait que s'élargir au fil des heures. En mangeant, ils avaient forcement discuté de leurs chevaux respectifs mais aussi de la beauté du monde, des êtres-humains prompent à la destruction. Ils en étaient venu à apprécier que de tels endroits existent encore. Les discussions étaient aussi passées par la question de la baignade. Le grand blond comptait bien aller à l'eau après le repas. En réalité il avait même l'intention de plonger d'un rocher qu'il avait repéré. Il devait d'abord vérifier la profodeur de l'eau, pour l'instant ils terminaient de manger en partageant des petites crêpes sucrées en guise de dessert.

Dimitri : Alors on va se baigner après ? Elle risque d'être plus froide que les sources mais ça rafermie la peau il parait !
Amaïa : Ok, mais je risque de juste entrer histoire de et vite ressortir ! Tu sais que je n'aime pas le froid alors me baigner dans une rivière froide !...

Le russe avait souri et avait donné plein d'autres arguments à Amaïa jusqu'à ce qu'elle cède. Ils avaient prévu les maillots. Dimitri l'avait sur lui et il avait aidé Amaïa à enfiler le sien, lui tenant la serviette dans un coin tranquille. Une fois prêt, il n'avait pas pus s'empêcher de courir dans l'eau. C'était pour lui le meilleur moyen de rentrer, sans se poser de question sur la température. Le russe était donc rentré dans l'eau en criant un yiaaaa mémorable. Il avait terminé en plongeant la tête la première pour être entièrement mouillé. Une fois dedans il s'était tourné vers Amaïa pour l'encourager. Il ne comptait pas la mouiller, sachant qu'elle n'apprécierait pas. Il s'était simplement approché en se dandinant le temps que son corps s'habitue à la température de l'eau.
La brune avait accepté, enfin juste de faire trempette quelques secondes. Elle devait bien reconnaître que se changer comme ça, en pleine nature avec Dimitri qui la regardait changer de tenue avait quelque chose d'assez amusant et lui faisait le plus grand bien. Depuis qu'elle était avec le russe, elle avait appris à se libérer un peu plus, à être un peu plus spontanée, elle qui était la plupart du temps très organisée sur beaucoup de choses.

Dimitri : ça sera moins froid quand on y sera resté un peu, t'en fais pas avait-il lâché avec un sourire en tendant une main à sa dulcinée pour l'encourager.
Amaïa : Ah bon ? J'en suis pas aussi convaincue moi ! Elle semble vraiment très froide cette eau !

Avec des pas prudents la française s'avançait sur les petits rochers jusqu'à être sur les cailloux ronds qui faisaient le sol par endroits. A peine elle posé son pied dans une flaque d'eau qu'elle se mit à pousser un cri tellement elle trouvait froid. Elle n'osait même pas imaginer ce que ça serait pour le reste du corps. Déjà qu'en plein été elle ne rentrait pas facilement à l'eau, pisciine ou plage, alors qu'elle n'était pas loin de la côte atlantique, se baigner ici serait une vraie torture pour elle.

Prenant son courage à deux mains elle avança ses pieds dans l'eau avançant vraiment très doucement jusqu'aux genoux. Lorsque l'eau atteignit ses genoux, elle se mit à frissonner à nouveau tout en poussant un petit cri.

Amaïa : Chéri, je sais queje t'ai promis que je viendrai mais ... je crois que c'est au-dessus de mes forces...
Dimitri : Je suis sur que tu peux le faire, aller un peu de courage ma chérie.

Elle attrapa tout de même la main de son compagnon, se laissant emporter par sa force et n'arrivant pas trop à se contrôler, elle avança plus vite jusqu'à être totalement dans l'eau, poussant de nouveaux petits cris au contact de l'eau froide avec son ventre puis sa poitrine.
Très vite elle se colla à son cher et tendre pour chercher sa chaleur et faire front au froid de l'eau qui les enveloppait. Tout en tremblotant un peu, elle l'enserra de ses jambes et de ses bras, s'agrippant totalement à lui. Dans un petit rire, elle le sentit qui s'éloignait un peu pour aller dans une zone un peu plus profonde et qu'il nage un peu tout en la portant comme une plume.

Amaïa : Tu es vraiment un fou tu sais ?! Cette eau est un vrai glaçon ! C'est vraiment parce que je t'aime hein ....

Et comme pour appuyer ses paroles, elle embrassa tendrement son compagnon. Dimitri avait eut envie de plonger en entrainant Amaïa qui était sur son dos. Il ne l'avait pas fait car il sentait qu'elle lui en voudrait d'avoir les cheveux trempés lui coulant dans le dos toute l'aprés midi. Il s'était arrêté à un endroit où lui avait encore pied. Il s'était tourné vers Amaïa, la gardant dans ses bras.

Dimitri : Je brule d'amour pour toi, je n'ai donc jamais froid.
Amaïa : Oh oui, tu es ma bouillotte d'Amour !

Le blond avait rit tout en embrassant à son tour tendrement Amaïa. Il ne lui en voulait pas si elle ne restait pas plus. Il était heureux d'avoir pataugé avec elle, de l'avoir eut contre lui. Il était conscient d'être un peu secoué pour apprécier la température de l'eau. Il faut dire que le russe avait l'habitude des températures extrêmes. Il avait du prendre beaucoup de chose à l'eau froide quand il n'y avait pas moyen de faire chauffer de l'eau.

Dimitri : tu veux que je te ramène au bord ?
Amaïa : Pas de suite, je veux profiter un peu de me baigner avec toi d'abord.

Enroulée autour du russe, elle lui faisait face avec un sourire milleux sur l evisage. Elle l'embrassa tendrement et se colla un peu plus à lui pour sentir sa chaleur et son amour pour elle.
Pour une fois depuis bien longtemps, elle se sentait sur un petit nuage, dans sa bulle avec son cher et tendre, et rien ne pouvant leur nuire. Elle voulait profiter du calme les environnant, de leur amour, de leur moment de tendresse. Elle se doutait qu'une fois de retour à l'académie, leur quotidien reprendrait le dessus sur leur vie de couple, et même s'ils avaient une routine, des habitudes, elle voulait se retrouver avec lui, comme avant.

Amaïa : Je t'aime Dimitri.

Elle planta ses yeux avec un regard profond dans celui du russe, voulant lui montre tout son amour, à quel point il est important pour elle. Dimitri n'avait pas répondu, il s'était contenté d'appuyer une nouvelle fois ses lèvres contre celles d'Amaïa. Elle était la personne qu'il aimait le plus au monde, qu'il respectait le plus. Même s'ils étaient différents, ils avaient de nombreux points communs. Amaïa était généreuse et faisait toujours passer les autres avant elle. Dimitri admirait sa détermination et sa douceur dans n'importe quelle situation.

Dimitri n'avait pas rompu leur câlin. Il apprécait ce moment hors du temps et de l'espace avec Amaïa. Il était conscient de la chance qu'il avait d'avoir trouvé son âme soeur et de partager sa vie avec elle. Il avait perdu le souvenir de ces nuits solitaires, seul dans la caravane de ses parents. Il avait oublié ce que la solitude pouvait representer. Il ne se sentait pas coupable malgré tout, il profitait de chaque instant que la vie lui offrait en compagnie d'Amaïa. La vie pouvait être courte et il ne voulait rien regretter.
La jeune femme rendit son baiser à son compagnon. Une de ses mains était venue se nicher à la base de son cuir chevelu, le massant un peu avec affection, l'autre main faisant des petits cercles entre ses omplates.

Dimitri : Tu me dis si tu as froid, je peux toujours te réchauffer mais y a un peu de monde avait-il lâché en plaisantant
Amaïa : Ah bon ? Et comment tu comptes me réchauffer ?
Dimitri : tu veux vraiment que je te montre ?

La brunette avait prit un regard malicieux et un petit sourire en coin. Elle avait une petite idée derrière la tête, et se demandait si c'était ce à quoi pensait le russe. Il est vrai qu'elle commençait à avoir froid. Bien qu'elle soit collée à lui, l'eau était vraiment très froide, et le fait de ne pas bouger lui donnait des frissons et ses lèvres commencèrent à prendre une couleur un peu bleuté.

Le russe avait souri mais en voyant les lèvres d'Amaïa, il l'avait enlacée et l'avait ramenée au bord. Il ne voulait pas qu'elle attrape froid. Ils devaient profiter de leur week end et pas attraper la mort et rentrer malade aux écuries.

Dimitri : Tu devrais sortir pour ne pas attraper le rhume.

Amaïa sortit rapidement de l'étendue d'eau, se jettant sur sa serviette qu'elle avait étalée au soleil, et appréciant les frictions que lui faisait Dimitri pour l'aider à se réchauffer le plus rapidement possible. Le blond était sorti lui aussi mais pour mieux partir à l'escalade de la cascade. Il avait vu un point en hauteure et l'eau était assez profonde. Le voltigeur n'avait eu aucun mal à attiendre son objectif même avec la roche glissante. Une fois sur le rocher il avait regardé Amaïa avec un large sourire. Elle le regarda partir faire de l'escalade se demandant bien quelle mouche l'avait piqué, puis elle avait compris ce qu'il avait l'intention de faire.

Dimitri : C'est le moment de prendre une photo

Avec un rire la française attrapa son téléphone pour prendre plusieurs photos de Dimitri faisant le pitre, avant de se mettre en mode vidéo pour vraiment garder ce moment en souvenir. Il en sera certainement surpris, mais content. Dés que l'instant fut immortalisé, Dimitri s'était élancé dans un saut de l'ange. Il avait fait l'animation des alentours mais il n'en avait que faire. Il avait même poussé un cri roque pendant le saut comme un enfant. En remontant à la surface il avait éclaté de rire, heureux des sensations qu'il avait eu. Il serait bien resté toute l'aprés midi dans ce coin de paradis mais ils avaient prévu de se balader. Le russe était donc sorti de l'eau pour se changer et attaquer l'aprés midi de marche qu'ils s'étaient programmé.
Pendant que le russe faisait encore trempette, l'éleveuse s'était rhabillée et avait commencé à rassembler leurs affaires. Quand Dimitri fut changé à son tour, le couple se remit en marche sur le sentier pour continuer d'explorer ce magnifique endroit. Ile leur fallut à nouveaux deux heures et demi de marche pour arriver non loin de leur hôtel. Le chemin était différent du premier, en fait c'était une grande boucle, mais qui était toute aussi riche en couleur et diversité de la flore.
Devant le bâtiment, qui ressemblait plus à un grand gîte en bois, ou un chalet, elle se retoura pour embrasser tendrement son compagnon. Amaïa avait passé u ntrès bon week-end en sa compagnie, totalement reposée et détendue et cela lui avait fait un bien fou.

Amaïa : Merci mon chéri, c'était parfait.

Leur dernière nuit les attendait dans ce lieu paisible avant que leur routine ne reprenne son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amaïa/Dimitri - WE Amoureux Madagascar [à corriger]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Valentin (PNJ) patron des amoureux
» Discussion et images de Dimitri Allen
» Cours sur le RP Théorique , synthèse de notre monde .
» Commandant en Chef Dimitri Oulianof au rapport
» De la théorie à la pratique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle vie :: Journaux-
Sauter vers: