AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gwen/Lewis - consultation pour gestation Luz [A CORRIGER]

Aller en bas 
AuteurMessage
Amaïa



Messages : 82
Date d'inscription : 06/08/2016

MessageSujet: Gwen/Lewis - consultation pour gestation Luz [A CORRIGER]   Dim 25 Nov - 21:52

Après sa discution avec Gaby sur le fait de faire une saillie entre Luz et Heiro, l'australienne s'était un peu renseignée et elle avait eu une autre discution avec son ami pour savoir ce qu'il préférait comme type de saillie. Naturelle, en main ou faire un prélèvemet de Heiro et faire une insémination à sa jument. Les deux jeunes cavaliers étaient d'accord sur le fait de laisser au plus possible faire la nature. Sachant qu'il existe des maladies aussi pour les chevaux, chacun devait prendre rendez-vous avec un vétérinaire de l'académie pour faire des tests à son équidé et éviter tout incident.
Aujourd'hui était le tour de Luz, amenée par sa propriétaire au centre de soins. Depuis quelques mois il y avait un nouveau vétérinaire, spécialisé en reproduction équine. Et vu le nombre d'élevages présent à l'académie, c'était un plus. Gwen était un peu mal à l'aise, parler de l'avenir choisi pour sa jument, et surtout de ce sujet était gênant pour elle, un peu tabou même. mais là on ne parlait pas d'elle, donc elle se reprit à plusieurs reprises, inspirant à plein poumons avant de se concentrer sur sa jument et de la caresser à l'encolure.

Une fois devant le centre de soins, la jeune femme attache sa jument à l'un des anneaux du mur extérieur et va se présenter à l'accueil, à l'aide de son petit calepin. La secrétaire lui demanda de patienter quelques instants, le temps que le docteur Aberline vienne les chercher.
En attendant, l'australienne avait récupéré la longe de sa jument et la faisait marcher calmement, et une fois arrêtées, elle lui prodigua plein de carresses, plus pour se rassurer elle que sa jument, qui était vraiment très calme.

Ce matin, Lewis avait un rendez vous au centre de soin. En sa qualité de vétérinaire cela n'avait rien d'exceptionnel d'ailleurs. Cela faisait quelques mois qu'il était arrivé à Full Horse dans le but de perfectionner sa pratique et d'étudier un peu plus sa spécialité à savoir la reproduction équine et les nouveaux nés, avec le nombre d'élevages qu'abritaient l'académie, il avait de quoi faire, sans compter les particuliers qui, désireux de faire reproduire leurs chevaux de coeur, faisaient aussi appel à lui. C'était d'ailleurs le cas aujourd'hui d'après ce qu'il avait compris en lisant la fiche de sa patiente du jour. Après un dernier coup d'oeil sur la fiche de la jument qu'il allait rencontrer aujourd'hui, il se dirigea vers la salle d'attente ou la jument et sa propriétaire devaient en principe l'attendre, comme le lui avait indiqué la secrétaire du centre. En s'avançant il repéra rapidement une jeune femme au visage un peu tendu accompagnée d'une jument à la robe claire qui semblait plutôt sereine.

Lewis : Madame Jones ? Bonjour, je suis le docteur Lewis Aberline. Je vous laisse me suivre s'il vous plait.

L'anglais avait indiqué la direction de la salle de consultation à la jeune femme et avait pris les devants pour ouvrir la marche. En entrant de la salle de consultation il avait jeté un dernier coup d'oeil à la fiche pour se remémorer le nom de l'équidé puis s'était adressé à la propriétaire. L'australienne suivit le vétérinaire avec sa jument derrière elle. Elle tenta de se détendre, même si le sujet de la visite la mettait vraiment mal à l'aise et que pour le coup elle se demandait vraiment ce qu'elle faisait ici. En y repensant, elle aurait très bien pu demander à Gaby de venir pour la consulation, puisque lui aussi était concerné par le sujet. Mais là elle devait agir en adulte, se prendre en main et se drie que c'était pour le bien de a jument.

Lewis : Et voici Luz, je présume.

Tout en parlant, il avait présenté sa main à la jument pour lui permettre de le sentir et de faire connaissance tranquillement puis il lui avait doucement caressé le chanfrein en détaillant son physique. Elle semblait plutôt en bonne forme ce qui était déjà un bon point pour une mise à la reproduction. La jeune femme hocha simplement de la tête à l'annonce du nom de sa jument. Elle apprécia le fait que le vétérinaire vienne au contact de Luz et la laisse le sentir pour la mettre en confiance. Bien que Luz ne soit pas une jument peureuse, stressée ou qui ne fasse pas confiance. mais cette attitude montrait tout le sérieux et la mentalité dont faisait preuve le vétérinaire.

Lewis : Je vais vous laisser me parler un petit peu d'elle si ça ne vous dérange pas.

Le vétérinaire avait lu les points importants à savoir sur la fameuse Luz comme sa race, son âge et ses éventuels antécédents médicaux mais il aimait bien demander aux propriétaires de lui parler un peu de leur chevaux et de la raison de leur consultation, cela lui permettait de cerner un peu mieux les motivations de chacun et d'adapter sa manière de conseiller ses clients.
Un peu surprise, la jeune femme se mit à rougir, avant de se mettr eà écrire sur son petit calepin, se demandant bien ce qu'il attendait par sa question.

Gwen : Euh .. Vous voulez savoir quoi à peu près ...

Son visage devenu rouge tomate montrait à quel point elle était très gênée et ne savait pas vraiment ce qu'elle devait répondre, et surtout que le sujet la metttait vraiment mal à l'aise. Si elle avait du parler à ce moment-là nul doute qu'elle aurait eu la voix totue tremblante.

Lewis avait observé, un peu interrogateur, la jeune femme face à lui. Il ne savait pas si ce qu'il étonnait le plus était la couleur écarlate qu'avait pris son visage à sa question ou qu'elle réponde en passant par l'écrit. Quoi qu'il en soit, il repris rapidement la parole pour ne pas installer de malaise avec sa cliente. Il n'était peut être pas le garçon le plus agréable mais, lors des visites professionnels, il s'efforçait de se montrer plus bavard et accessible pour ceux qui lui présentaient des chevaux.

Lewis : Le motif précis de votre venu, les fiches ne sont pas extrêmement précise et j'ai remarqué que les cavaliers restaient assez vague quant à la raison de la visite pour leurs chevaux au moment de prendre le rendez vous.

Le vétérinaire parlait de la voix la plus bienveillante pour mettre à l'aise la jeune femme. Il caressa une nouvelle fois la jument.

Lewis : Vous pouvez aussi me parler de Luz, son histoire, son caractère. C'est une vraie mine d'informations pour les vétérinaires et ça ne peut que m'aider pour vous conseiller par la suite.

Un peu honteuse de ne pas avoir compris le sens de la question qu'il lui avait posée au tout début, elle acquiesça, montrant qu'elle allait lui donner plus d'informations sans problème. Mais pour le coup, elle ferait par étapes, et il y aurait des blancs le temps qu'elle écrive sur son calepin...

Gwen : Luz était une jument confiée à l'académie lors que Full Horse était en argentine. Je suis arrivée quelqus mois avant, et quand je l'ai rencontrée il y a eu un petit feeling. Avec elle je pouvais me remettre à la monte western avec facilité, et comme elle est très attentive, on est rapidement passé en monte en bosal, et là je passe à la cordelette dèsqu'on en a l'occasion.

Elle détacha le fiche pour que le vétérinaire puisse lire pendant qu'elle écrivait sur une autre page, évitant au maximum les blancs, et espérant que son mutisme ne le gênerait pas trop, car c'était assez surprenant pour beaucoup de personnes, et souvent elle en était mise à l'écart.

Gwen : Ensuite je l'ai achetée à l'académie grâce à mes petits boulots ici, et depuis il y a une parfaite entente. Une jument très calme, attentive, qui apprend vite, qui travaille aussi bien seule qu'en groupe. Il n'y a qu'en cutting qu'elle n'est pas totalement confiante mais sinon elle prend sur elle.

Nouvelle petite pause le temps de changer de feuille et de reprendre, cette fois, sur le motif de leur visite aujourd'hui.

Gwen : Depuis quelques mois, Luz est moins présente dans le travail, un peu absente. Elle motnre beaucoup plus d'attention aux autres chevaux, en particuliers lorsqu'il y a des étalons. Alors qu'avant elle restait plutôt froide à leur présence et même lors des chaleurs, elle n'était pas trop agitée. Lors des séances de cutting avec un ami et son étalon, elle reste collée à l'étalon, et montre des signes (d'affection ?) envers lui, et on ne peut plus travailler ensemble lros des chaleurs car elle fait sa vraie jument et je n'existe plus du tout, que ce soit à pied ou en selle.

La jeune femme poussa un petit soupir, voyant le regard intrigué de sa jument vers elle. Elle lui fit une petite caresse avec un léger sourire avant de se remettre à écrire. Et pour le coup, elle était vraiment heureuse que le vétérinaire soit anglais car c'était beaucoup plus simple pour elle d'écrire dans sa langue natale plutôt qu'en français.

Gwen : Je pensais donc la mettre à la reproduction. Au moins la faire pouliner une fois. Elle m'a rendu tellement de services ,de petites choses, que je veux écouter ce qu'elle me dit à sa façon. Et comme mon ami est devenu éleveur et que nos deux chevaux s'entendent bien, il me propose de faire une saillie entre son étalon et Luz.

Cette fois elle se mit à rougir à nouveau, entrant dans le vif du sujet.

Gwen : On voudrait tous les deux une monte naturelle, si c'est possible, sinon en main. Du coup, je viens pour voir si son étalon ne poserait pas de problème pour Luz vu qu'elle n'est pas très grande de taille et que lui c'est un Lusitanien. Et si je ne me trompe pas, avant de faire une saillie naturelle, il y a des tests à faire sur la jument et l'étalon ? Et Si vous aviez des conseils à nous donner, ou autre...

Elle osa à peine lever les yeux vers le vétérinaire, le temps qu'il finisse de lire toutes les petites feuilles du calepin. Finalement elle avait beaucoup écrit mais espérait que ça répondrait du mieux possible aux questions du vétérinaire.

Cette méthode de 'conversation' était un peu particulière mais Lewis s'en accomoderait du moment qu'il pouvait en tirer toutes les informations dont il avait besoin. Malgré son air gêné, la jeune femme ne tarda pas à commencer à écrire et elle semblait avoir des choses à dire. A chaque fois qu'elle lui tandais une page, le vétérinaire la prenait et la lisait avec attention, prenant quelques notes qu'il inscrivait sur sa fiche de travail concernant la jument, pendant que la dénommé Gwendolyn continuait à écrire. Une fois qu'elle eut terminé, Lewis termina sa lecture avec attention puis, après un court silence le temps qu'il remette de l'ordre dans ce qu'il allait dire pour à la fois rassurer la propriétaire de la jument mais aussi lui donner ses conseils.

Lewis : Je ne sais pas si elle montre réellement de l'affection pour cet étalon en particulier mais quoi qu'il en soit la mettre à la reproduction n'est pas une mauvaise idée, c'est la nature après tout. Elle a presque 16 ans et je ne vous cache pas que plus les juments veillissent plus leur faire subir une première gestation deviens risqué. Une fois passé cet âge je déconseille assez fortement de tenter un premier poulinage, ça n'est pas interdit bien sûr mais je trouve que c'est parfois prendre des risques pour pas grand chose... sans compter qu'avec l'âge la fertilité diminue.

Il avait accompagné sa phrase d'un léger sourire. Il se montrait totalement transparant avec la jeune femme, sa jument n'était plus très jeune et, l'âge avançant, une première gestation présentait plus de risque. Toutefois il n'était pas encore trop tard et Luz présentait un bon état général, de même elle avait un gabarit plutôt costaud ce qui la rendait moins fragile qu'une pur sang ou un race très fine et bien évidement, l'anglais ne faisait que donner son avis et la conseiller, ce serait la propriétaire de la jument qui aurait le dernier mot.
L'australienne avait aquiescé au vétérinaire, comprenant bien que c'était un peu la seule chance pour la jument de pouvoir pouliner dans sa vie. Et c'était d'ailleurs aussi son âge et tout le travail qu'elle avait donné à sa cavalière, qui avait poussé Gwen à envisager de faire pouliner Luz, sans avoir pensé à un étalon en particulier jusqu'à ce que Gaby lui propose Heiro. Elle était bien consciente que l'âge de sajument pourrait vite poser un problème, mais elle voulait y croire et lui permettre de connaître la vie de vraie jument, en dehors de tout le travail qu'elle a fait, et sans pour autant être exploitée comme une poulinière "d'usine".

Lewis : En liberté ou en main, les deux méthodes sont possibles. Ce sont celles qui me demanderont le moins de travail évidement et ce sont également les deux méthodes qui représente le plus de pourcentage de réussite, c'est bien plus fiable que l'insémination donc sur une jument vieillissante qui peut commencer à devenir moins fertile ça peut être la solution. Pour choisir entre les deux, la taille ne sera pas vraiment déterminante, un étalon plus grand que la jument ne rencontre pas vraiment de difficulté... du moins c'est plus simple que dans le cas inverse. C'est plutôt le caractère de l'étalon qui va entrer en ligne de compte mais si les deux s'entendent bien, je ne vois aucun inconvéniant à tenter une saillie en liberté, ça sera la moins contraignant pour vous et le propriétaire de l'étalon car vous n'aurez qu'à laisser faire la nature et à surveiller.

Lewis marqua un temps de pause, laissant à la jeune femme la possibilité d'assimiler les informations qu'il lui donnait. Pour lui, la saillie en liberté était une bonne solution si l'étalon était calme et pas trop dominant. C'était certainement la méthode la plus risqué lorsque les équidés 'mariés' présentaient des caractères un peu forts et qu'ils n'étaient pas habitués à se cotoyer mais c'était la méthode qui donnait le plus facilement des résultats l'étalon ayant la possibiliter de disposer de la jument autant qu'il le jugeait nécessaire pendant la période des chaleurs. Cela ne demandait qu'un peu de surveillance pour s'assurer que le mâle remplissait bien son devoir et quelques échographie pour s'assurer de la gestation avant de séparer les équidés (ou non d'ailleurs suivant les élevages). Là aussi elle approuva ce que lui disait le vétérinaire. Visiblement ses réfléxions allaient dans le sens du professionnel et c'était le but, rendre les choses plus simples pour tout le monde, et surtout les plus naturelles possibles. Et quant au caractère de Heiro, même s'il était un peu sur le feu, au travail il a montré à plusieurs reprises qu'il arrivait à être un peu plus apaisé en présence de la criollo et que les deux chevaux pouvaient rester côte à côte sans problème, cavaliers sur le dos ou non. Il ne restait plus qu'à espérer que les mettre ensemble dans le même pré ne posera pas de problème.

Lewis : Effectivement il y a des tests à réalisé sur l'étalon comme pour sur la jument, quelle que soit la méthode utilisée d'ailleurs. L'étalon est il approuvé au stud book lusitanien ? En fait, il y a quatre maladies qui peuvent être dépistées, en fonction des studbooks toutes ne sont pas obligatoires donc ça dépend de ce que vous voulez faire. Quel que soit le studbook, je préconise de faire le test pour les quatre maladies, c'est plus sûr mais c'est à vous de voir. La jument doit aussi être à jour de ses vermifuges et vaccination et, si elle ne l'était pas il faudra bien pensé à la vacciner contre la rhinopneumonie qui peut présenter une forme abortive.

La jeune femme était restée bien attentive, et ses rougeurs commençaient à quitter ses joues sous la conversation très sérieuse et très importe que tenait le vétérinaire. Gwen se mit à écrire à nouveau sur son calepin avant de le tendre au jeune homme.

Gwen : Effectivement Heiro est approuvé au stud-book et sera l'étalon principal de l'élevage de son propriétaire. Pour le poulain, vu le croisement, ce serait juste pour moi, pour le plaisir et voir le fruit de ma jument et de cet étalon. Et selon son caractère et ses aptitudes, quelques petites compétitions, mais qu'au sein de l'académie. Enfin tout ça sera à voir en temps voulu.

Elle afficha un sourire très timide, mais elle voualit faire comprendre que l'avenir du poulain n'était pas encore défini, mais que dans tous les cas, elle n'avait pas pour but de le rendre reproducteur. Que ce soit un mâle un une femelle d'ailleurs, car la nature fera sa petite surprise du bébé à venir. Elle principalement se faire palisir et avoir un peu de sa jument avec elle à travers du poulai nen prévision. Elle se remit ensuite à écrire sur son cahier.

Lewis : Je suis plutôt spécialisé dans les chevaux de sports germaniques et j'avoue que je ne connais pas toutes les conditions d'acceptation au stud-book du lusitanien, la seule chose que j'en sais c'est que ça n'est pas le plus strict mais ça ne va pas nous aider beaucoup ici... Il faudra voir avec le propriétaire de l'étalon à quel test celui-ci a été soumis. Ce sera sa première saillie depuis son approbation ? Quoi qu'il en soit, par mesure de sécurité et si tous les tests n'ont pas été réalisé par le stud-book, je peux faire également des prélèvements sur le mâle.
Gwen : Je ne crois pas qu'il ait déjà sailli non ... Et je pense que son propriétaire ne verra pas d'inconvénient à ce que vous lui fassiez aussi des test.

Le vétérinaire avait pris des notes concernant le fameux étalon qui visiblement appartenait à l'un des élevages du haras. Le nom de l'animal ne lui disait rien et les lusitaniens étaient assez nombreux au sein de l'académie pour qu'il ne puisse pas savoir de quel étalon elle voulait une saillie pour sa jument, quoi qu'il en soit il ne travaillait probablement pas avec l'éleveur propriétaire du fameux Heiro ou en tout cas pas encore. L'australienne ne savait pas vraimetn ce que Gaby avait fait faire comme teste à son étalon, et elle ne savai tpas non plus si Heiro avait déjà sailli mais pas à sa connaissance. Par préférence elle ne voulait pas affirmer ou non sur ce sujet. Et elle avait déjà discuté avec l'éleveur des tests à faire sur les deux chevaux avant la saillie, et lui aussi n'y voyait pas d'inconvénient, surtout que ça lui servirait par la suite pour de futures saillies avec d'autres juments.

[i}Gwen : Normalement Luz est à jour de ses visites il me semble. J'y fais attention. Est-il possible de faire les tests ? Je ne veux pas prendre de risques pour ma jument, elle compte plus que tout pour moi, et elle est bien plus importante qu'un futur poulain. Je ne veux pas la mettre en danger.[/i]

Si par la suite les résultats devaient indiquer des risques pour Luz, la cavalière préférait tout annuler plutôt que se voir perdre sa jument pour un souhait qui n'en vaudrait pas la peine. Elle avait tissé un lien tellement important avec elle, qu'elle ne se voyait pas ne plus l'avoir pour une erreur.
Elle ne savait pas trop comment exprimer ce qu'elle ressentait et espérait que le vétérinaire arrive à voir où elle voulait en venir.

Lewis avait jeté un oeil à la fiche avant de reprendre la parole.

Lewis : En effet, ses vaccins sont en règle mais je peux renouveler le vaccin de la rinho, c'est plus sûr avant de débuter un gestation. Pour ce qui est des vermifuges je vous ferait une ordonnance pour que vous partiez d'ici avec le matériel nécessaire. Aucun problème pour les tests, je vais devoir lui prendre un peu de sang, je vais aussi prélever un échantillon de plus pour faire un bilan sanguin plus classique et m'assurer qu'elle est en bonne santé et qu'elle n'a pas de carence. Il va aussi falloir que je fasse un prélèvement vulvaire. Elle a déjà été installée entre les barres d'examen précédement ?

L'anglais avait indiqué les dites barres d'examen à la jeune femme pour qu'elle puisse lui répondre. Le dispositif n'avait rien de bien horrible mais certains chevaux, lors de leur premier passage se montraient impressionné ou un peu rétif et, en général, sauf les équidés ayant eut des problèmes de santé assez important nécessitant des echographies, le passage d'une sonde ou tout autre examen exigeant de l'immobilité, ils n'y étaient pas habitués d'où la précaution du vétérinaire avant d'inviter la jeune femme à mener sa jument entre les deux barres.
La jeune femme ne savait pas trop quoi lui répondre. Pour les vaccins et vermifuge cela lu isemblait logique et elle approuva d'un hochement de tête et d'un petit sourire. Quand à la question de si Luz était déjà passée entre les barres d'examen elle n'en savait rien, et ne connaissait rien de la vie de sa jument avant qu'elle ne soit à l'académie.
Elle se mit donc à écrire sa réponse sur son petit calepin.

Gwen : A vrai dire je ne sais pas du tout. Depuis qu'elle est à l'académie je ne pense pas, et sa vie avant, je n'en sais rien du tout... Mais elle est très calme et rarement regardante sauf avec le bétail

Elle essaya d'émettre un tout petit rire comme pour détendre un peu l'atmosphère et faire comprendre qu'il n'y aurait à priori pas de raison à ce que la criollo s'emballe à la vue de devoir être installée entre les barres. Par contre pour l'examen elle ne savait pas du tout comment elle pourrait se comporter car cela concernait une zone bien plus intime et propre à la jument. Pour le coup l'australienne ne savait pas trop comment aller se dérouler la suite de la consultation et attendit donc à la tête de la jument, lui caressant doucement le chanfrein. Elle ne s'inquiétait pas pour les examens ou même par rapport au vétérinaire, mais cela donnait un aspect soudainement très réel à son idée de lui faire avoir un poulain et elle ne pouvait contenir son battement de coeur qui s'accéléra un peu.

Lewis : Beaucoup de chevaux ne connaisse pas, on va prendre des précautions mais elle a l'air très calme et vous la connaissez bien, ça devrais bien se passer. Je vous laisse la mettre entre les deux barres, prenez le temps qu'il vous faudra, je fermerait derrière elle dès qu'elle sera calme. C'est un peu comme dans un van pour eux en fait, ils sont encadrés de chaque côté et ils ne peuvent plus reculer une fois la barre de queue refermée.

Le vétérinaire avait sourit à la jeune femme pour la rassurer. La jument avait l'air vraiment très calme et, depuis le début de la visite, elle était restée impassible, ne s'impatientant pas vraiment malgré la discussion entre sa propriétaire et le vétérinaire ce qui était déjà un bon signe. Pendant que la demoiselle installait sa jument, Lewis, lui, prépara son matériel pour effectuer les prises de sang et le prélèvement de sécretion, une fois qu'il fut prêt, il se lava les mains à la bétadine et les sécha précautioneusement avant d'enfiler une paire de gants en latex pour se diriger vers sa patiente.
Gwendolyn avait réussi à faire entrer sa jument facilement entre les barres d'examen, même si elle n'était pas très rassurée. La grise pointait ses oreilles en arrière avant de se reconcentrer sur sa cavalière qui était restée au niveau de sa tête et qui lui gratouillait une joue puis l'auge, zone que la criollo aimait bien. Même quand la barre fut mise derrière elle, elle ne réagit pas plus à part bouger ses oreilles et vouloir tourner la tête, plus par cusiosité que par peur.

Lewis : Je vais commencer par le prélèvement. SI elle a l'habitude des vaccins et des prises de sang classique autant lui faire d'abord subir ce qu'elle ne connait pas et qui peut être le plus désagréable pour elle, ça va nous permettre aussi de voir comment elle se comporte et si elle est facile à manipuler, c'est important pour les futurs échographies.

La jument était plutôt calme et le vétérinaire avait déposé son matériel sur une petite table roulante en métal qu'il avait amené près des barres d'examen pour se faciliter le travail. Avant d'aller se mettre à l'arrière de Luz, le vétérinaire lui présenta à nouveau sa main pour qu'elle le sente. Pour le moment la grise n'avait pas l'air paniqué mais l'anglais procédait tout de même avec beaucoup de lenteur et de douceur, restant attentif à la moindre réaction et parlant de temps à autre à la criollo pour la rassurer et la féliciter de son calme. L'australienne comprenait l'importance de cet examen et des prochains à venir. Après elle avait toute confiance en Luz et espérait au plus profond d'elle que tout se passerait pour le mieux.

Progressivement mais d'un geste sûr, il avait attaché la queue de la jument en repliant les crins sur eux-même afin de ne pas être gêné. Avant de procéder à l'examen, il avait d'abord lavé la zone avec de la bétadine et de l'eau tiède puis, se saisissant de l'appareil à prélèvement, il avait procéder à ce dernier en un seul geste.
Gwen continuait de caresser sa jument tout en observant distraitement ce que faisait le vétérinaire. Il n'y a que lorsqu'il la nettoya et la rinça à l'eau tiède que la criollo se croupit un peu sur elle, plus par sensation qu'elle n'était pas habituée, mais n'eut aucun geste de défense ou mauvaise réaction. A ce moment la cavalière se mit à lui murmurer quelques paroles douces pour que sa jument se concentre sur elle mais le reste se passa sans aucun problème et ce fut un grand soulagement pour la demoiselle. Voilà une étape de faite.

Lewis : Et voilà, le plus désagréable est passé.

Il avait dit cela en scellant le petit sachet hermétique dans lequel il avait déposé l'échantillon prélevé qu'il enverrait à l'analyse. A cette annonce la cavalière caressa un peu plus chaleureusement l'encolure de sa jument, avant de s'éloigner un tout petit peu pour laisser la place au vétérinaire pour la suite des examens. Luz de son côté avait baissé la tête en signe de patience et gardait ses oreilles à l'écoute du moindre bruit.

Lewis avait enlevé ses gants qu'il avait jeté à la poubelle avant de se laver une nouvelle fois les mains pour assurer leur propreté puis il était revenu vers sa patiente qui attendait, toujours aussi sagement, la suite des évènements. Tranquillement, il avait caressé la jument lorsqu'il était revenu se mettre près d'elle et il avait rapidement pris sa seringue pour procéder à la prise de sang. Au moment de piquer il parla à voix basse, s'adressant à la jument pour la féliciter de son calme. Les tubes de prélèvements qu'il enverrait ensuite pour les différentes analyses furent assez rapidement prêt, le vétérinaire connaissant bien son métier et ayant déjà pratiqué ce geste à de multiples reprises et le calme de sa patiente aidant également beaucoup.

Enfin, il se saisi de sa dernière seringue après avoir été chercher le produit à injecter dans le petit frigo installé dans la salle d'examen pour conserver les produits qui devaient rester au frais comme les vaccins. Il n'eut aucune difficulté à réaliser le rappel de vaccin sur Luz qui, en bonne jument d'expérience, habituée à ce genre de chose ne broncha pas et ne perdait même pas patience. Ensuite, il caressa la jument tandis qu'il reposait ses outils et il s'adressa à Gwendolyn.
L'australienne était restée calme tout le long des examens, faisant entièrement confiance au vétérinaire et voyant que les procédures ne semblaient pas vraiment compliquées, ou que du moins, c'était acquis pour le jeune homme comme pour la jument.

Lewis : Je vais envoyer les prélèvements au laboratoire avant la fin de la journée, je devrais avoir les résultats sous 48 heures, je demanderait à la secrétaire de vous recontacter pour vous donner les résultats et programmer le prochain rendez vous. D'ailleurs, à ce propos, avez vous fait une visite vétérinaire au moment de l'achat ou a t'elle eut, récement un bilan de ostéoarticulaire ? Sinon ça peut être bien de le faire avant de prendre la décision de la mettre à la reproduction pour être certain qu'elle n'est pas atteinte d'une pathologie qui pourrait se transmettre à ses poulains sur ce plan la. Pour l'étalon aussi c'est bien de le faire mais souvent, c'est obligatoire pour faire approuver un étalon à la reproduction.

C'était un soulagement de savoir que les résultats allaient arriver rapidement. La question que lui posa le vétérinaire la laissa perplexe. En fait, pour l'achat de la jument elle n'avait fait aucun n'examen particulier. Elle travaillait déjà avec Luz depuis quelques mois, et les visites étant pour son arrivée au haras, elle n'avait pas pensé à tout ça.
Après avoir écrit quelques mots sur son calepin, elle le tourna en direction du jeune homme.

Gwen : Euh non, en fait je n'ai fait aucun exmane pour son achat... A vrai dire... Je n'y ai même pas pensé à ce moment-là. Du coup, je veux bien que vous lui fassiez le test, je préfère qu'on élimine tout risque potentiel. Pour l'étalon, je vais demander directement à son propriétaire, mais je pense qu'il prendra rendez-vous aussi pour vous donner toutes les informations.

Après s'être un peu sentie nulle de ne pas avoir pensé à des tests de santé ou autre pour sa jument lors de l'achat, et fait une petite mine en conséquence en écrivant sur le papier, elle lui lança un petit sourire concernant le sujet de l'étalon.
En fait, elle était soulagée d'avoir pris ce rendez-vous, car elle avait maintenant beaucoup plus d'informations, et surtout elle se sentait un peu plus encadrée pour cette future gestation.

Lewis : Bien, je vais lui faire quelques radios, ça devrait nous éclaircir suffisamment.

Des clichés par radio seraient suffisant pour évaluer si la grise était apte à la reproduction et si elle ne présentait pas de pathologie pouvant se transmettre à un éventuel poulain. En effet, les tests cliniques consistant à vérifier l'équilibre du cheval avec une planche ou à réaliser une flexion prolongée pour s'assurer que le cheval n'était pas boiteux ensuite, au moment de se remettre en mouvement étaient utiles pour se mettre sur la piste d'une pathlogie afin de pouvoir faire des radios ciblées, dans le cas présent, puisqu'il allait faire un bilan radio complet des membres de Luz ce qui permettrait de mettre en évidence une pathologie comme de l'arthrose ou un syndrome naviculaire.

Lewis : Vous pouvez la sortir des barres d'examen et l'emmener par la, près du mur. Je vais chercher l'appareil, il faut la garder le plus immobile possible.

La jeune cavalière fit donc ce que lui demanda le vétérinaire amenant la jument dans un endroitavec un peu plis d'espace, et suite à sa consigne, elle mit un peu de distance dans la longe en s'écartant de la jument, tout en lui faisant signe de la main, une main évoquant le "stop", exercice qu'elle avait appris à sa jument pour l'equifeel. Luz resta une jument exemplaire, au grand plaisir de sa cavalière, fière du travail accomplit en elles et du calme de sa jument.
Le vétérinaire avait laissé le temps à la jeune femme d'installer sa jument pendant qu'il avait été cherché l'appareil à radios portatifs qui permettait de réaliser les radios des membres. Il était habitué à ce genre d'examen et, après avoir indiqué à la propriétaire de la jument de faire attention et de s'écarter un peu pour éviter les rayons X. Une fois les radios faites et tirées, il les avait installé sur le panneau lumineux dont il disposait pour pouvoir les analyser. Après quelques minutes de silence pendant lesquelles il avait analyser avec minutie les clichés, il s'était tourné vers Gwendolyn, un léger sourire sur les lèvres.

Lewis : Tout est impecable. Ses articulations ne sont pas dans l'état de celle d'un cheval de deux ans mais pour son âge, elle est assez bien conservée et elle ne présente aucune pathologie pouvant contrindiquer la gestation à ce niveau là, vous pouvez être rassurée.

L'australienne affiche un grand sourire de soulagement, son corps se décontractant un peu à cette annonce. Même si c'était clairement lisible sur elle, elle prit la peine d'écrire rapidement sur son calepin.

Gwen : Oui une bonne nouvelle ! Merci beaucoup !

Il ne restait plus qu'à attendre les résultats des examens que venait de faire le vétérinaire, ainsi que ceux à faire sur Heiro, et après il faudrait voir la suite. Timidement, elle laissa un espace sur son calepi navec sa phrase du dessus et se remit à écrire.

Gwen : Et maintenant ? Il y a des choses à faire ou à éviter ?

Elle se doutait que maintenant c'étati de l'attente, mais par précaution, elle préférait avoir toutes les informations possibles pour préparer au mieux la gestation de sa jument, en espérant que cela pourra vraiment être le cas. Lewis avait légèrement sourit en voyant la cavalière se décontracter en apprenant le résultat des radios de sa jument. Luz semblait avoir de la chance car sa propriétaire prenait toutes les précautions possibles avant de décider de la mettre effectivement à la reproduction, toutes les juments n'étaient pas aussi bien soignés et c'était un plaisir pour le vétérinaire de travailler avec une propriétaire aussi concernée par le bien être de sa monture.

Lewis : En attendant les résultats des tests pour être certains qu'elle est indemne de toute maladie vous pouvez commencer à la préparer. Surveillez son cycle de chaleur si possible et commencer à la présenter de plus en plus régulièrement l'étalon pour être sûre qu'une saille naturelle, en liberté sera possible. Vous pouvez les mettre dans des paddocks voisins et des boxs voisins pour qu'ils puissent se sentir et se cotoyer quotidiennement ça va permettre de voir s'ils s'entendent suffisament pour que ça ne soit dangeureux ni pour l'un, ni pour l'autre avant de les mettre ensemble. Dès que nous aurons eu les résultats, si tout est bon vous pourrez envisager de les mettre ensemble mais je vous conseille d'y aller progressivement et d'introduire l'étalon dans le même pré qu'elle quand elle sera en chaleur, ça évitera les comportements de rejets parfois un peu violent des juments et, le jour ou vous déciderez de mettre les deux dans le même pré, avant de lâcher l'étalon, garder le un peu en longe pendant qu'ils se sentent pour vérifier qu'il ne montre pas d'aggressivité.

Gwen écouta attentivement tout ce que lui disait le vétérinaire et prit même quelques notes afin de ne rien oublier et de pouvoir en parler avec Gaby. Par chance, maintenant qu'il est devenu éleveur, il a quelques boxs de libres dans l'allée qui est consacrée à son élevage, ce qui facilitera la mise en contact des deux équidés.
Toujours avec un air concentré, elle releva la tête pour remercier le vétérinaire qui s'était montré patient avec elle, doux avec sa jument, et très professionnel dans ses explications et conseils.

Gwen : D'acord ! Merci pour tous vos conseils !

Comme la visite touchait à sa fin, la jeune femme tendit la main pour saluer et remercier le vétérinaire, avec un sourire timide, avant de rejoindre Luz, qui s'était presque endormie de rester sur place à attendre qu'on s'occupe d'elle. La cavalière caressa l'encolure puis le chanfrein de sa jument avant de récupérer la longe, un dernier sourire timide vers le vétérinaire, puis d'amener sa jument à l'extérieur, la laissant brouter pendant une vingtaine de minutes pour la récompenser de son calme et de sa patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gwen/Lewis - consultation pour gestation Luz [A CORRIGER]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» * Réglement guilde P.P.P *
» Les durées de gestation pour les nuls
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG
» CaC pour bi-élément feu/terre
» xp pour panda air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle vie :: Journaux-
Sauter vers: