AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mila/Alex FHE (Simon)

Aller en bas 
AuteurMessage
Amaïa



Messages : 72
Date d'inscription : 06/08/2016

MessageSujet: Mila/Alex FHE (Simon)   Ven 12 Oct - 21:39

http://idata.over-blog.com/1/21/78/82/equitation-amazone-art/cso-equestre/Dressage-CSO/julie-penelope.jpg

Avec tous ces concours des full horse exhibitions il y avait plusieurs cavaliers venant d'autres pays venus exclusivement pour les concours et faire un peu plus de concurence. C'était très intéressant à vivre, et Mila trouvait bien plus pratique parce qu'au final c'était exactement comme un concours extérieur, mais à domicile, enfin semblable au niveau ambiance et mouvement.
La finlandaise ne s'était inscrite qu'aux épreuves de complet ainsi qu'au jumpcross. Elle ne voulait pas se submerger de travail, surtout qu'Alex et June participaient aussi aux compétitions, elle avait son boulot de groom à assurer et elle voulait aussi soutenir son amie.

Ce jour-ci Mila ne montait pas et s'occupait de groomer Alex. Elle venait de lui passer un cheval qu'il ne tarda pas à monter pour la détente quand elle partit chercher le second. Sur le chemin elle croisa un cavalier dont le physique lui disait quelque chose. Elle l'avait d'ailleurs vu concourrir sur les premières épreuves et il avait un très bon niveau. Elle réfléchissait mais n'arriva pas à se rappeler d'où elle le connaissait.
Après avoir préparé la seconde montue du français, elle se mit dans le paddock de détente pour faire un peu marcher l'équidé. Le cavalier était en selle sur un très beau *RACE* qui avait de l'allure et une chouette façon de ce se déplacer. Et ce style de monte lui fit tilt, elle se rappela qui était ce cavalier. C'était Simon, un ancien groom qu'elle croisait assez souvent quand elle montait les chevaux de l'écurie finlandaise où elle travaillait, sur des petits concours.  D'ailleurs il était venu essayer des chevaux à la vente de l'écurie et comme il évoluait aussi pour devenir un cavalier de concours de son écurie, il en avait ramené deux avec lui, et *NOM* en faisait partie. Un sourire s'afficha sur le visage de la finlandaise, heureuse de voir qu'il avait atteint son but de devenir un cavalier international sur des niveaux plus hauts que celui qu'il côtoyait à l'époque.

Avant qu'elle n'ait pu aller le voir, Alex avait terminé son passage. Elle alla récupérer la monture pour s'en occuper et le chouchouter avant de rejoindre à nouveau le terrain de concours. Simon, comme elle s'en souvenait, se mettait tôt en selle avant ses passages avant de mettre pied à terre pour profiter un peu de sa monture et de se remettre en selle juste avant de passer. Une méthode peu orthodoxe mais bien à lui.
Quand elle le vit se remettre en selle, elle s'approcha de la carrière de concours pour voir son passage.
A la sortie, Mila afficha un grand sourire et lorsqu'elle s'apprêtait à faire demi-tour pour retourner voir la détente d'Alex, elle entendit une voix masculine lui parler en anglais.

Simon : Ilona Virtanen ! Alors tu regardes mon passage puis tu m'évites ? Tu vas me vexer tu sais ... -rire-

La finlandaise se retourna vers lui avec un sourire avant de venir vers lui et d'accepter son accolade une fois qu'il a mis pied à terre.

Mila : Simon ! Alors tu viens conquérir les terrains de Full Horse ? -rire- Il me semblait bien t'avoir reconnu mais je n'ai pas osé venir te voir.
Simon : Tu avais raison alors ! Ah bon pourquoi ? Tu sais, ce n'est pas parce qu'on ne s'est pas vu pendant longtemps sur les terrains de concours qu'on n'est plus amis...
Mila : C'est vrai. Et heureusement ! Mais c'est plutôt le fait d'avoir quitté le milieu du jour au lendemain sans prévenir qui que ce soit, j'en ai honte... Mais ... c'est une longue histoire...

La finlandaise parlait d'un très bon anglais avec son ancien partenaire de concours. Elle avait fait une petite moue en parlant de son départ du milieu équestre avant de reprendre un grand sourire à l'attention de son ancien camarade.

Mila : En tout cas tu as atteint ton but ! Cavalier international ! Et toujours avec de très bons chevaux à ce que je vois.

Pour joindre le geste à la parole, la jeune femme ne put s'empêcher de caresser *NOM* avec nostalgie, se rappelant les bons moments qu'elle avait passé avec ce cheval quand il était encore à l'écurie où elle travaillait il y a quelques années.

Simon : Ca te dit qu'on se retrouve autour d'un verre pour parler du bon vieux temps ? Et puis comme ça tu pourras me raconter un peu ce que tu as fait pendant ces années ! Tu nous as manquée à tous tu sais, tant les cavaliers que les grooms. C'est toi qui mettait la bonne humeur et bonne ambiance !

A ces paroles la blonde afficha un sourire, discuter un peu avec lui ne lui ferait pas de mal. Et puis elle pourrait vider un peu son sac et lui expliquer son départ précipité du milieu du cheval.

Mila : Avec grand plaisir ! Je te donne mon numéro pour que tu me dises quand tu es disponible ? En tout cas ça fait plaisir de voir le niveau que tu as atteint !

Une dernière accolade après qu'ils aient échangés leurs numéros de téléphone, puis Simon ne put s'empêcher de lui faire un bisou sur la joue comme ils le faisaient avant, quand ils se retrouvaient sur des concours après une période sans qu'ils ne se soient vus.

Simon : A plus Honey !

Une fois de plus Mila lui répondit d'un signe de la main amical, et l'entente de son surnom la fit rougir. Il y a bien longtemps qu'elle n'avait plus entendu ce surnom, elle n'avait plus gardé contact avec un seul ami, encore moins du monde équestre. Et pourtant, tout le monde l'appelait ainsi, par amitié, parce qu'elle était toujorus serviable, souriante, et prête à aider les autres, mêmes si c'étaient des équipes adverses.

Les FHE avaient commencés sur les chapeaux de roux, des cavaliers extérieurs avaient envahit l'académie et l'effervescence avait gagné les cavaliers. Comme pour la première édition, en tant que cavalier professionnel de l'école, le cavalier français s'était inscrit à beaucoup d'épreuves avec différents chevaux, prenant bien soins de les selectionner en fonction des besoins de chacune de ses montures. Pour le dressage, il avait fait le choix de participer uniquement avec Secret Hero et Dark Victory. Le premier avait déroulé une reprise tout à fait correcte pour un retour à la compétition. L'isabelle était un cheval qui pouvait se laisser facilement impressionner mais il s'était très bien comporté et Alex était fier de lui. Ensuite, avec l'aide de Mila, sa groom, il avait pu enchainer assez rapidement et se mettre en selle sur sa seconde et dernière monture de la journée, Dark Victory. La bai brune était une jument d'obstacle mais participer à une compétition de dressage de niveau amateur ne lui ferait aucun mal et cela l'aiderait peut être à s'apaiser un peu une fois sur le carrière de concours.

Alex avait commencé sa détente avec Adriàan pour lui donner ses conseils avisés de cavalier de dressage pur et dur puis, le hollandais l'avait abandonné, ayant lui aussi des chevaux à préparer pour cette compétition en plus de June, sa collègue, qu'il devait coacher également puisque cette dernière s'était aussi inscrite à l'épreuve de dressage. Le cavalier français avait donc continué et achevé sa détente seul avant de repasser au pas, quelques minutes avant son heure de passage. Il caressa chaleureusement la Holstein tout en cherchant Mila des yeux pour lui indiquer qu'elle pouvait venir débarasser la bai brune de ses protections avant l'entrée sur le carré.

Il mis un peu de temps avant de la repérer, un peu plus loin, absorbée dans une discussion avec un cavalier extérieur à l'académie. Il l'avait appelé une fois mais cette dernière ne l'avais pas entendu ce qui le fit soupirer et lever les yeux au ciel. Elle pouvait parler avec qui elle voulait et même plus encore si cela lui chantait mais elle devait faire son travail correctement et aujourd'hui, pour Alex, elle manquait à son devoir. Heureusement, Eléa attendait, en spectatrice sur le bord de la piste, le passage du français alors il se dirigea vers elle pour lui demander de remplacer Mila pour cette fois.

Alex : El', tu peux lui enlever ses protections s'il te plait ? Ma groom est visiblement trop occupée pour faire son travail correctement.

Eléa s'était exécuté sans attendre après un bref regard dans la direction de la groom. Une fois les protections de la bai brune enlevées, le cavalier avait remis sa monture en marche quittant Mila et le cavalier irelandais des yeux après que ceux-ci aient, visiblement échangés leurs numéros de téléphone et qu'ils se soient séparés, Mila rougissant tandis que l'homme l'appelait d'une bien étrange façon. Il avait eu du mal à détourner son regard d'eux et à se remettre au travail ce qui n'avait pas échappé à Eléa, tout comme la contrariété qui avait traversé le visage de son ami.
Mila s'était tournée vers le paddock de détente  à la recherche d'Alex et de sa jument mais elle ne les vit pas. C'est en pivotant sur elle-même qu'elle finit par les apercevoir, prenant la direction du carré de dressage. Elle avait discuté tant que ça ? Elle ne s'en était pas rendue compte et s'en voulait d'avoir failli à son devoir de groom. Mais pour l'heure, elle allait regardait leur reprise de dressage.

Une drole de sensation semblable à de la colère était montée en lui en assistant à cette scène mais il mettait cela sur le compte de l'agacement de voir sa groom, la tête ailleurs que dans son travail. Finalement, il n'eut pas le temps de plus ruminer sur ce qui venait de se passer, l'heure de son passage sur le carré de dressage approchant et sa jument nécessitant toute son attention.

***

La reprise d'Alex et Dark Victory s'était déroulée à merveille. Pour une jument d'obstacle, l'allemande s'était très bien débrouillée et était restée concentrée et à l'écoute de son cavalier tout le long de l'exercice ce qui satisfaisait beaucoup ce dernier. Il sortit du carré plutôt souriant mais, son sourire s'effeça rapidement en voyant Mila qui, maintenant, semblait prête à faire son travail. Il posa sur elle un regard plus dur qu'il ne l'aurait voulu tandis qu'Eléa lui indiquait qu'elle le retrouverait plus tard, souhaitant voir les passages d'Adriàan en fin d'épreuve.

Alex avait donc désanglé et, toujours en selle puisqu'il n'avait plus d'autres chevaux à monter pour aujourd'hui, il avait repris le chemin des écuries sans adresser un mot à Mila. La groom n'avait pas vraiment compris ce qu'il venait de se passer. C'était assez rare que le cavalier ne mette pas pied à terre après une épreuve, ou alors après il prenait la direction des bois au lieu des écuries. Mais dans tous les cas il s'arrêtait parler à la blonde pour lui dire ce qu'il comptait faire par la suite. D'une mine un peu dubitative elle suivit donc le binôme jusqu'aux écuries.

Mila : Vicky était super je trouve ! Elle n'a pas trop stressé. Peut être que c'est le fait d'être en concours à l'académie qui la rassure ?

La blonde s'était rapprochée et s'apprêtait à aider le cavalier à enlever l'équipement de la Holstein et lui prodiguer ses soins par la suite.

Lorsque Mila avait fini par prendre la parole alors qu'ils arrivaient aux écuries, Alex n'avait pas répondu immédiatement. Il avait d'abord pris le temps de mettre pied à terre et de caresser à nouveau sa jument avec affection avant de la mener vers son box. Une fois Vicky dans le box et malgré la présence de la groom, il avait enlevé lui-même le filet de la bai brune la laissant ainsi libre de grignotter quelques morceaux de foin, le cavalier avait fini par répondre, sèchement, sans regarder la jeune femme.

Alex : Oui, elle était très bien, elle a fait son boulot, elle.

Il n'avait rien ajouté d'autre et avait continué à s'occuper de la jument en la débarassant cette fois de sa selle. Puis, comme Mila était toujours là et le regardait faire sans trop savoir où se mettre il s'était arrêté, l'avait regardé et avait repris la parole avant d'enlever la selle du dos de Vicky pour la poser sur le porte selle à l'extérieur du box. La groom n'avait pas trop compris la réplique du cavalier, mais à son ton elle comprenait qu'il lui reprochait quelque chose, sans trop savoir quoi. Ou du moins avoir une vague idée.

Alex : Tu n'as pas un rendez-vous ? Parce que si c'est le cas, ne t'embête pas pour moi, je sais me débrouiller tout seul.

Un peu déboussollée la blonde afficha un air totalement surpris et choqué avant de lui répliquer avec un ton un peu plus affirmé qu'à l'ordinaire.

Mila : C'est quoi le problème ? Oui j'ai loupé votre sortie du paddock et j'en suis désolée, ce n'était pas volontaire. Mais cette réflexion de rendez-vous ? Ca te vient d'où ça ? Si vous avez quelque chose à me reprocher autant me le dire clairement !

Le pourpre était monté aux joues de la finlandaise qui s'était un peu emporté ne comprenant ce soudain changement d'attitude du cavalier. Elle le savait un peu lunatique et souvent froid, mais de là à limite la renvoyer pour la fin de journée ? Elle voulait comprendre ce qu'il lui arrivait.

Quand Mila avait haussé le ton, la jument bai brune avait relevé la tête de son foin, les oreilles en arrière, fouettant l'air de la queue. Alex avait jeté un regard noir à la finlandaise avant de reporter son attention sur la Holstein à qui il parla très calmement tout en lui caressant l'encolure avec douceur avant de sortir du box et de refermer la porte derrière lui. Visiblement il devait avoir une explication avec la jeune femme mais il était hors de question que Dark Victory, qui venait en plus de bien travailler et méritait de pouvoir retrouver le calme, en patisse de la situation. Une fois sortie du box, il s'eloigna un peu dans l'allée déserte puis il se tourna vers Mila.

Alex : Encore heureux que ça n'ai pas été volontaire. Je te rappelle que c'est ton boulot.... Heureusement qu'Eléa était dans le coin sinon j'était obligé de descendre de cheval... J'ai bien vu que vous aviez échangé vos numéros avec ce cavalier irlandais alors je te le repête tu fais ce que tu veux mais ça ne dois pas venir perturber ton travail... et aujourd'hui c'est ce qui s'est passé.

La groom se prenait un petit coup de couteau. Elle s'en voulait déjà de ne pas avoir pu assister à la détente et à tout ce qu'elle devait faire, mais le fait qu'Alex en rajoute la mettait mal à l'aise. Elle baissa la tête et se remit à vouvoyer Alex, montrant qu'il y avait un malaise, même si elle parlait avec un ton un peu plus calme.

Mila : Jusqu'à présent je n'ai jamais failli à mon travail, j'ai toujours été là. Et parce que juste pendant dix petites minutes je parlais à quelqu'un d'autre, tout va être de ma faute ? En plus, ce n'était pas une grosse erreur. Je veux dire, juste pour enlever des protections. C'est pas comme si je ne l'avait pas préparée avant votre passage, ou que je vous avait posé un lapin tout court. J'étais là ! Et si vous aviez autant besoin de moi que vous le dites, vous auriez pu venir un peu plus près ou insister à m'appeler.

Bien que la blonde se sente totalement coupable, elle n'était pas la seule à avoir des torts et le fit comprendre à Alex en lui affirmant que s'il l'avait vraiment appelée, elle n'aurait pas hésité à venir vers lui.

Alex : Tu voulais aussi que je vienne jusqu'à toi pour te supplier d'enlever les protections de ma jument avant que je ne parte sur le rectangle ? Si tu avais suivi comme tu le fais d'habitude, sans te laisser distraire, il n'y aurai pas eu de problème alors arrête de te trouver des excuses...Je me fiche que ça soit la première fois ou que ce ne soit pas une grosse erreur, ce n'est pas parce qu'on est en concours à domicile et que c'est plus cool que quand on part à l'extérieur que tu peux faire ce que bon te semble. Si tu voulais que je te donne des congés pour que tu puisses profiter des FHE il fallait le dire et je le serai débrouillé autrement. Sans toi. Et heureusement pour toi que ça n'était pas une grosse erreur...

Ensuite Mila se tourna un peu pour être de profil et se mit à marmonner un peu fort, ne se rendant pas compte que ses paroles restaient tout de même audibles pour le cavalier.

Mila : Est-ce qu'une fois dans ma vie je vais pouvoir parler à d'autres personnes sans qu'on me fasse la morale ?.... -soupire-

Elle avait encore du mal à comprendre pourquoi à chaque fois qu'elle rencontrait quelqu'un, y compris un ancien ami, il fallait que ça lui cause des problèmes. Pourtant elle ne faisait rien de mal, juste lui parler et prendre de ses nouvelles.

Alex : Pour la énième fois Mila, je me fiche que tu parles à telle ou telle personne, c'est ta vie et je ne m'emmêle pas la dedans. J'ai juste besoin que tu fasses ton travail et en concours j'ai besoin que tu sois 100 % avec moi, pas que tu ais la tête ailleurs... surtout si c'est pour des futilités de ce genre...

Le ton d'Alex était sans appel et n'incitait pas à une discussion posée. Mila lui reprochait toujours de vouloir interférer dans sa vie alors que ça n'était aucunement son intention. Aujourd'hui, il lui faisait cette remarque d'ordre personelle parce qu'elle avait manqué à son devoir en pleine compétition et à d'autres occasions, elle avait eu des réflexions sembables alors que le cavalier essayait juste de se montrer sympathique. Il entendait toujours dire, par les autres grooms sur les concours, lorsqu'il surprenait leurs discussions, que la finlandaise était quelqu'un de très sympathique, serviable et drole mais Alex n'avait pas cette impression. Certes, elle était aimable et plutôt souriante mais, avec lui en tout cas, elle était toujours sur la défensive surtout lorsqu'il essayait de se montrer un peu plus sympathique sachant que beaucoup lui reprochait son comportement froid, il avait longtemps pensé que c'était en raison de son statut de cavalier professionnel, parce qu'il était l'employeur de Mila et qu'elle préférait garder une distance mais, aujourd'hui il avait bien vu qu'elle pouvait aussi se montrer très ouverte avec un cavalier professionnel, la remarque lui brûlait les lèvres et, même si c'était probablement une erreur, il ne pu s'empêcher de faire la remarque.
La finlandaise n'en revenait, elle savait qu'elle avait fait une erreur, mais le fait qu'il le lui rabâche, et qu'il lui reproche de parler à d'autres personnes était très douloureux pour elle. Bien plus que ça ne l'aurait été pour n'importe qui.

Alex : En tout cas je suis heureux de constater que tu peux être aussi souriante et amical avec d'autres cavaliers professionnels qu'avec tes amis grooms. Le problème doit venir de moi, je vais peut être pensé à arrêter d'essayer d'être plus cool avec toi.

Des larmes lui montaient aux yeux. Ainsi il trouvait qu'il était sympa avec elle ?  Elle avait envie de pleurer mais aussi de crier sa colère, son incompréhension. Pourquoi était-il comme ça avec elle alors qu'en concours extérieurs ça se passait mieux, qu'ils s'entendaient très bien et qu'ils avaient presque des moments complices sur les routes ? Les mots franchirent les lèvres de la blonde, avec agacement, montrant bien que cette discussion ne lui plaisait pas du tout.

Mila : Heureusement que je m'entends bien avec d'autres personnes ! C'est dans ma nature de sympathiser avec les autres.  Vous êtes mon patron, monsieur, comment voulez-vous que je me comporte avec vous ? Et même si on s'entend mieux lors des concours à l'extérieur, il n'y a qu'avec les femmes que vous ne voyez que pour un soir que vous êtes vraiment sympa et sociable. J'entends les rumeurs et bruits de couloir ! Et pourtant je n'y prête pas attention parce que cela ne me regarde pas et que j'aime mon travail avec vous et vos chevaux. Et je ne râle pas quand je me prends des réflexions, ou que je dois supporter vos sautes d'humeur sans raison. Je fais mon job et c'est tout. Juste pour ces dix minutes vous allez me faire la morale longtemps ? Vous n'êtes même pas capable de comprendre que je viens à peine de retrouver un ami perdu de vue depuis près de quatre ou cinq ans. Donc oui j'ai été distraite, mais parce par la plus grand des hasards j'ai retrouvé un ami de ma vie d'avant ...

Cette fois les larmes lui roulaient des yeux. Sa voix était tremblante et elle n'arrivait plus à se contenir. Elle avait trop d'émotions en elle et elle était en train de craquer. Sans s'en rendre compte elle avait employé un ton un peu plus sec avant que sa voix ne se brise sur les mots et que les sanglots achèvent ses dernières phrases. Elle en avait trop dit sur son fardeau, et elle voulait juste partir pour ne pas avoir à répondre à des questions sur son passé.
Elle s'était un peu mise à nu et elle ne savait pas si elle devait se laisser glisser le long du mur pour s'asseoir au sol, telle une désespérée, ou lui tourner les talons et le planter là comme un idiot.

Alex : Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit... Oui, heureusement pour toi que tu t'entends bien avec d'autres personne mais, parce que je suis ton patron on n'a pas le droit de s'entendre ?! Tu trouves que je ne suis pas sympa avec toi ? Et bien désolé de t'apprendre que je fais mon maximum mais que tu ne me facilite pas la tâche et puisque quand je fais quelques efforts vis-à-vis de toi ça a l'air de te déranger, on peut revenir à l'époque ou je ne te décrochais pas un mot, ça ne me posera aucun problème, ça sera même plus naturel pour moi.

Le français avait employé un ton tout aussi tranchant que celui de sa groom. Il avait parfois (même souvent) du mal à la comprendre. Il savait qu'elle se plaignait de lui lorsqu'il était trop froid, qu'il ne lui parlait pas mais, dès qu'il faisait un effort de sympathie avec elle, elle se braquait et, pour lui qui n'était déjà pas d'un naturel sociable, ça n'était pas évident à comprendre et maintenant, elle disait ne pas savoir comment se comporter avec lui et supporter ce qu'il lui faisait vivre et qui ressemblait, dit comme ça, à un véritable calvaire, sans rien dire. Mine de rien, cela le blessait un peu, plus que ça n'aurait dû certainement, de savoir le véritable ressentit de la groom par rapport à lui, bien loin de ce qu'il aurait espéré finalement. Quant aux sautes d'humeur qu'elle disait injustifiée mais qu'elle supportait malgré tout, il fit mine qu'elle n'avait rien dit car, certes, il était lunatique et il était capable de le reconnaître mais, en général, ses changements brusques d'humeur avaient toujours un point de départ et ça n'était rien d'autre qu'un mécanisme de défense face à quelque chose qu'il estimait pouvoir devenir dangereux pour lui. Il repris la parole, après un cours instant de silence, d'un voix vibrante de colère.

Alex : Là, tu ne sais pas de quoi tu parles. Si tu trouves que je suis trop dur avec toi et que manque de sociabilité te gêne tant que ça alors crois moi tu n'aimerai pas faire partie de mes... mes... appelle les comme tu veux ça n'a aucune importance mais oui, tu as raison, ça ne me regarde pas parce que moi, malgré ça, je fais mon travail correctement et que de toute façon de nous deux, comme tu l'as si bien dit, c'est moi le patron.

Les larmes de la finlandaise n'avait absolument pas radouci Alex, bien décidé à mettre les choses au clair (si réellement il y avait des choses qui devaient être mises au clair). Elle parlait de ses conquêtes sans savoir dans quoi elle s'engageait... Alex n'avait jamais eu besoin d'être avenant pour mettre des femmes dans son lit et, en général même, il était excécrable avec celles qui se risquait à vouloir le charmer. Cela lui avait certes forgé une drôle de réputation mais, en général, il s'évitait ainsi l'attachement de ses prétendantes.

Alex : Mais... Je m'en fiche que ce soit un ami perdu de vue depuis des années ou quelqu'un que tu viendrais de rencontrer, le résultat est le même. Et si ta vie d'avant te manque tant que ça, tu n'as qu'à demander à ton ami s'il ne cherche pas une groom pour l'aider puisqu'il a l'air de plus te convenir que moi.

Etragement, il avait eu une drôle de sensation sembable à un léger soulagement lorsque Mila évoqua son amitié assez ancienne avec le cavalier irlandais, pour autant il n'en avait pas fini avec elle. Le brun avait bien vu qu'à l'évocation de sa vie d'avant les larmes de Mila avait redoublé d'intensité. Il ne savait pas ce qu'elle avait vécu mais il savait que le passé pouvait être douloureux, il était assez bien placé pour en parler d'ailleurs alors, de colère, il appuyait volontairement sur ce point sensible sans savoir où il mettait les pieds. Plus tard, en réfléchissant à son comportement, il s'en voudrait certainement mais, pour l'heure les mots étaient sortis de sa bouche.
La finlandaise n'en revenait pas de tout ce que venait de dire Alex. Il avait employé bien plus sec et blessant qu'à l'ordinaire, il ne s'en rendait pas compte mais cela touchait profondément la blonde qui se sentait totalement démunie, perdue et blessée. Limite elle se revoyait un an et demi plus tôt, emprisonnée dans une vie qui la rendait malheureuse, où elle ne pouvait plus être elle-même.
Mila arriva à interrompre son flot de larmes quelques minutes, reprenant un visage totalement sérieux pour s'adresser une dernière fois à Alex, ne retenant nullement ses mots et sachant qu'elle allait le regretter par la suite, qu'elle jouait sur son job, qu'elle pouvait le perdre par la suite.

Mila : Tu n'es vraiment qu'un pauvre con quand tu t'y mets. Pas la peine de compter sur moi pour demain, je pense que tu comprendras pourquoi.

Elle le regarda un peu froidement dans les yeux, voulant lui faire comprendre qu'il l'avait profondément blessée et qu'elle ne s'en remettrait pas comme ça, qu'elle prenait un jour de repos pour se vider la tête et passer outre cette discussion qui n'avait aucun sens et qui n'avait mené à rien à part à se lancer des reproches mutuellement.
L'instant suivant elle tourna les talons et sortit de l'écurie d'un pas dynamique, ne voulant pas rester une minute de plus dans cette ambiance plus que tendue.
Sur le chemin en direction de sa chambre, de nouvelles larmes coulaient de ses yeux. Elle savait d'avance qu'elle passerait le reste de sa journée et sa soirée à ruminer et à se morfondre.

A force de la chercher, il avait fini par la trouver. Il savait la finlandaise capable de réagir vivement, de se mettre en colère mais il n'aurait jamais pensé qu'elle franchirai cette limite et qu'elle oserait le traiter ainsi. Il resta interdit quelques instants puis, quand elle lui tourna le dos, il repris finalement, le ton toujours aussi dur.

Alex : Je ne sais pas si tu es consciente qu'on peut se faire virer pour moins que ça Mila !

Ensuite, il n'avait rien ajouté de plus. Il en avait assez dit et de toute façon, elle lui avait signifié la fin de cette conversation en lui tournant le dos et en prenant la direction de la sortie de l'écurie.

Une fois seul et le calme revenu dans l'allée de boxs, le cavalier était retourné vers sa jument que cette agitation avait semble t'il agacé quelque peu puisqu'elle l’accueilli d'un regard mauvais, les oreilles en arrière avant de se radoucir à la vue de la friandise qu'il sortait de sa poche. Mila parti, il allait avoir tout le loisir de s'occuper de sa belle Dark Victory qui, après sa belle performance sur le carré de dressage, méritait bien un peu d'attention.

Encore agacé par ce qui venait de se passer, il s'efforçait de se calmer pour ne pas perturber sa jument avec son énervement. Il était partagé entre deux sentiments. D'un côté il avait comme un soulagement d'avoir dit ce qu'il avait sur le coeur et de l'autre, il était bien conscient qu'il avait peut être un peu exagéré et que sa relation avec sa groom, qui avait connu une grande amélioration ses derniers temps, allait s'en trouver impacter... Il ne doutait pas trop qu'elle reviendrais travailler, même si, après ça elle aurait parfaitement pu démissionner puisque lui, malgré ce qu'il avait dit, ne la licencierait pas, mais l'ambiance entre eux, qui n'était déjà pas toujours au beau fixe, ne sortirait certainement pas indemne de cet épisode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mila/Alex FHE (Simon)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Planning peinture Simon
» Revok ( Alex )
» Bonne Fête Alex!
» Karl Kolchak par Alex Lopez
» Présentation de Alex Storm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle vie :: Journaux-
Sauter vers: