AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mila/Leny

Aller en bas 
AuteurMessage
Amaïa



Messages : 72
Date d'inscription : 06/08/2016

MessageSujet: Mila/Leny   Mar 13 Fév - 19:10

La Chine leur avait ouvert les bras depuis quelques temps, suffisamment pour avoir eu le temps de s’acclimater et de s'habituer au changement horaire. N'ayant plus d'autre raison pour retarder davantage ce qu'il avait repoussé déjà au maximum, l'irlandais s'était motivé pour reprendre en main le cas Falling In Love. En l'absence de Katharina, qui était encore au Portugal, il avait envoyé un message à Mila pour savoir si elle serait disponible pour venir voir la jument. Il ne voulait pas être seul avec elle, ne sachant pas comment cela pourrait se passer pour lui. D'une certaine manière, il pensait aussi qu'il pourrait motiver la finlandaise à attaquer le travail monté de sa propre terreur. Mila avait reçu le texto de Leny et lui avait dit qu'elle serait disponible en milieu de matinée voire fin de matinée. Elle lui envoya par la suite un message lorsqu'elle avait du temps devant elle, une fois que les chevaux d'Alex avaient eu leurs soins et que le cavalier s'occupait de leur partie travail.

La douce matinée battait son plein. Les chevaux étaient nourris, il avait longé Quod et mis au paddock Saudade. L'heure à venir allait être dédiée à l'alezane. Il voulait monter ses deux autres chevaux ensuite, pour être certain de ne pas finir sur une mauvaise expérience. La blonde chercha d'abord la jument de Leny dans le bâtiment dédié aux propriétaire mais ne trouva pas le duo. Elle réfléchit longtemps avant de se rappeler que l'irlandais avait validé sa dernière année de formation à l'académie et qu'il était devenu cavalier professionnel, bien qu'il l'était déjà depuis longtemps.

Leny : Ah, tu es bien venue voir le spectacle alors ! s'exclama-t-il, la voyant finalement arriver.
Mila : Ah bon il fallait que j'amène le pop-corn ?
Leny : Tu aurais pu !

La blonde voulu rire un peu, voulant détendre un peu l'atmosphère, sentant Leny un peu plus tendu que d'habitude.. Comme à chaque fois qu'il osait s'approcher de l'alezane, c'était une hésitation. L'inconnu, une certitude de ne pas pouvoir prévoir ce qui allait arriver.

Mila : Tu aurais pu me prévenir que tes chevaux avaient changé de maison ! J'étais pas loin en fait, mais je t'ai cherché dans le mauvais bâtiment. Je crois que je suis pas blonde pour rien -rire-
Leny : Oups c'est vrai que j'avais oublié ce détail !

Sa petite équipe avait déménagé il y a peu. Il était de nouveau seul pour s'occuper d'eux, mais il en était plutôt content. C'était une remise à zéro pour marquer son retour aux choses sérieuses. La finlandaise se mit face au box de la jument alezane, qui n'avait pas une tâche blanche, ou alors toute petite et une seule petite balzane. Il n'y en avait pas beaucoup à l'académie, mais elle aimait tous les chevaux, quelle que soit leur robe, enfin presque... Falling était plutôt grande et Mila l'observa, proposant son aide à Leny pour le pansage, au cas où il préférait et que ça l'aiderait à se sentir un peu plus à l'aise.

Leny : Déjà on va l'attacher à l'aire de pansage, autrement c'est impossible de faire quoi que ce soit.
Mila : D'accord

C'était Fall. Il ne fallait rien attendre d'elle, au box. Il s'agissait-là de son lieu de sévices préféré. Dans un espace si restreint, il était trop compliqué d'éviter ses dents, ses postérieurs et ses tentatives de placage contre les parois. L'irlandais préférait l'en sortir pour éviter tout problème. Elle n'était pas bien dure à attraper, le problème était plutôt de la sortir. La blonde se mit de côté et observa l'irlandais avec sa jument. Étrangement, elle ne le trouvait pas totalement comme d'habitude, un peu tendu, crispé, et pas vraiment à l'aise. Il devait y avoir quelque chose avec cette jument pour qu'il change autant alors que d'ordinaire il n'avait aucun problème avec ses chevaux. Marmonnant un attention en ouvrant la porte, il s'écarta lui-même pour laisser sortir la tornade irlandaise. D'un bond, elle se précipita dans l'allée, les naseaux dilatés, s'agitant avant de se voir bloquée par la longe.

Lâchant un léger sourire crispé, il se tourna vers la finlandaise. Heureusement la blonde s'était écartée de la porte du box par habitude et elle avait bien fait car l'alezane, imposante, semblait pleine d'énergie.

Leny : Bon bah voilà, c'est elle ça. Mais déjà elle ne me bouscule plus.

Parce qu'il la nourrit, elle n'est pas non plus totalement stupide, loin de là. Ne perdant pas plus de temps, il la conduisit à l'aire de pansage et l'attacha à deux longes. Ainsi, ils n'auraient pas trop de soucis avec sa tête. Visiblement, lui aussi avec des problèmes avec sa jument, tout comme elle, elle en avait eu avec Screw. Elle venait d'avoir un déclic et elle voulait s'y prendre autrement. Mais pour Leny, ce serait autre chose, chaque cheval a son histoire, chaque cavalier aussi. Et le chemin sera sûrement long mais il ne faudra pas perdre espoir. Le temps serait le seul déterminant à la progression de l'alezane. S'il l'avait depuis près d'un an, il n'avait encore rien fait avec. Elle l'accompagnait plus parce qu'il ne voulait pas la savoir quitter sa famille que par réelle envie de ne pas la savoir partie dans n'importe quelle autre écurie.
Mila ne fut pas surprise que la jument soit attachée par deux longes, une de chaque côté, mais c'était plus le fait de la canaliser ainsi qui lui était étrange. Mais au final, elle avait aussi connu ça quand elle travaillait dans des écuries en Finlande. Restait à voir ce que donnerait la suite.

Mila : Une boule d'énergie ! Mais si elle ne te bouscule plus, c'est qu'il y a déjà du progrès, il ne faut pas l'oublier.
Leny : Ouais enfin c'est que pour sortir du box...

Elle lui lança un sourire pour se montrer rassurante et elle voulait essayer de lui faire prendre confiance du travail qu'il a déjà commencé avec l'alezane. Peut être que lui aussi avait besoin de quelqu'un d'extérieur au travail pour se rendre compte du chemin parcouru, et peut être trouver une autre méthode de travail, ou reprendre autrement les bases. Enfin si cela était possible.

Mila : Tu veux que je t'aide pour le pansage ou j'observe juste ?
Leny : Non tu veux te servir dans mes brosses. Juste fais gaffe à la tête et aux postérieurs qu'elle ne t'envoie pas un coup.

Il avait bien trop manqué de s'en prendre pour savoir qu'elle visait plutôt bien, même si elle était toujours moins agressive envers les femmes qu'elle ne l'était envers les hommes. Attrapant une étrille, il commença à la brosser sans se préoccuper de ses réactions. L'irlandais préférait toujours expédier le pansage, qui était loin d'être un moment agréable pour eux deux. Non tondue en raison de son manque d'activité, Fall se salissait pourtant au paddock, ce qui l'obligeait de pencher pour un pansage redoublant d'énergie pour ne pas s'éterniser. Expéditif, peut-être, mes les oreilles plaquées et l'agitation de la jument suffisaient à le motiver à continuer ainsi. Mila prit note des conseils de son ami et l'aida à panser la jument alezane à l'aide des brosses qu'il avait ramenées. Voyant l'énergie et la rapidité qu'il mettait dans ses gestes, la blonde fit de même et comprit rapidement que l'alezane n'aimait pas vraiment cette phase de préparation et la blonde décida d'en terminer elle aussi rapidement avec son côté. Elle remarqua que Falling avait des zones sensibles, et qu'elle avait une grande bougeotte. Heureusement qu'elle était maintenue de chaque côté du licol, ce qui limitait les mouvements de sa tête et donc il y avait un peu moins à se préoccuper. Rien que les sabots à surveiller représentait pas mal de concentration.

Leny : T'embêtes pas si jamais elle est un peu poussiéreuse, tant qu'elle sera pas tondue et couverte elle restera comme ça.

Et il comptait s'en charger bientôt, lorsqu'il aurait trouvé son rythme de travail. Pour l'heure, il préférait éviter de se prendre la tête inutilement avec elle. La jeune femme acquiesça et eut rapidement terminé, respectant la méthode de travail et de pansage de son ami.

Leny : Si tu te sens de lui faire les pieds, je vais chercher ses affaires.
Mila : La raison serait-elle revenue en toi ?
Leny : Juste avec elle, je te rassure !

Leny ne voulait pas la forcer, ce n'était qu'une proposition pour gagner un peu de temps. Sur trois pieds, il savait que Fall ne tenterait pas de faire trop de crasses. Il ne l'avait vu tenter de le faire qu'une seule fois, alors qu'il n'avait pas encore quitté sa terre natale. Elle avait alors bêtement glissé sur le sol bétonné de l'allée et s'était faite une trop belle frayeur pour vouloir se risquer à reproduire l'expérience. La finlandaise ne faisait que le taquiner. Elle le connaissait aimer le risque, l'adrénaline, et en disant beaucoup sur sa relation avec cette jument au caractère bien trempé. Elle alla donc récupérer le cure pied ainsi qu'un vieux bouchon se préparant à la tâche à venir.

Leny : En fait je pense qu'elle a été un peu malmenée avant. Lorsqu'elle ne se sent pas en position de force, elle se tient à carreaux.

Position de force qu'il pourrait lui aussi choisir de prendre, mais ce n'était pas la solution à ses yeux. Mieux valait l'ignorer plutôt que de s'acharner à lui en coller une dès qu'elle bougeait une oreille. Ce serait se fermer dans un cercle vicieux.

Mila : Hm oui ça pourrait expliquer plusieurs choses. Tu en sais un peu plus sur son histoire, son passé, ses anciens propriétaires ? Après, peut être que c'est aussi sa façon à elle de se montrer en manque de sécurité et qu'elle a besoin de la présence de quelqu'un bien affirmé face à elle pour qu'elle puisse reposer dessus en toute confiance...
Leny : Non, justement, on ne sait rien d'elle. Enfin, on sait qu'elle a commencé les concours tard, qu'elle était abonnée aux éliminations et qu'elle a failli finir en steack. C'est tout... Je pense pas que passer mon temps à hausser le ton changera grand chose. J'ai essayé, ça me fatigue plus que ça ne la calme.

Elle ne savait pas trop comment Leny prendrait ses paroles, mais chaque cheval fonctionnait différemment de base, alors avec un passé compliqué, c'était encore plus difficile de bien trouver son fonctionnement et ce qui convenait le mieux. La jeune femme essayait juste d'aiguiller un peu le cavalier comme elle le pouvait, lui donnant quelques pistes dont elle avait entendu parler. Elle ne lui dictait en aucun cas comment agir, procéder avec sa jument. Elle voulait simplement l'aider à trouver le déclic qu'il y avait besoin pour les deux, tout comme elle avait eu le sien pour Screw. Leny n'était pourtant pas convaincu, sachant que sa mère avait mis plusieurs années à obtenir la coopération presque totale de l'alezane. Quand on voyait comment cela s'était terminé, il était évident que rien ne serait jamais acquis avec elle. Ce n'était pas ce qui effrayait l'irlandais, loin de là. Il s'y était habitué avec ses chevaux. Mais avec elle, il y avait quelque chose de plus. Cette pointe de rancune qui le poussait à ne pas la porter dans son cœur. Pourtant, il s'était décidé à rejoindre la sellerie pour s'équiper.

En attendant qu'il aille chercher son équipement de monte, elle s'attela tant bien que mal au curage des sabots de Falling in Love. Pour l'antérieur ça allait à peu près, mais pour les postérieurs elle était joueuse et leva très haut ses sabots, presque jusque sous son ventre comme pour chasser les mouches, avant de l'envoyer fort vers l'arrière ou sur le côté pour l'atteindre. Mais elle ne se laissa pas impressionner et même si ça lui démanger de hausser le ton face à la rouquine, elle se contenta de l'ignorer et d'attraper un sabot avant de le ramener vers elle tout en le tenant fermement et de le curer rapidement. Elle vérifia au passage la tenue du fer et passa un coup de bouchon. Finalement avec ruse et patience elle finit par venir au bout des quatre sabots, malgré les oreilles couchées en arrière de la jument. Mila se tenta à lui faire une caresse à l'encolure avant d'éviter un coup de tête avec des dents joliment ouvertes vers elle.

Mila : Madame est prête, il ne lui manque que ses affaires.
Leny : J'arrive !

Il avait crié depuis la sellerie, se battant avec son bordel pour tout transporter d'un voyage. La meilleure option lui avait semblé être celle d'enfiler ses bottes, sa bombe et son gilet de cross immédiatement pour pouvoir transporter le reste sans trop galérer.

Leny : Bon pour ça aussi on va pas traîner hein.

Appuyant ses propos, il tendit les guêtres à Mila tandis qu'il commençait à poser une chabraque noire sur le dos de Fall. Fronçant les sourcils d'insatisfaction, il réajusta sa position deux fois avant d'en être satisfait et de poser la lourde selle de dressage sur le dos de la jument. Il préférait les selles de cross et d'obstacle au niveau de leur poids, mais s'il voulait augmenter ses chances de tenir en selle, mieux valait qu'il opte pour celle-ci. Il ajusta ensuite la sangle, sans traîner pour s'éviter un coup de dent. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, c'était hallucinant. Pourtant, ce n'était pas faute de prendre garde à ne pas la pincer. Falling semblait s'agacer d'avoir autant d'agitation autour d'elle. La finlandaise réussit tout de même à mettre les protections à la jument et se dit que la séance à venir ne serait pas de tout repos et que Leny risquerait d'en baver.

Leny : Je mets le filet et on est parti.

Bombe attachée dans le doute de ne pas avoir le temps de le faire ensuite et il s'approcha de la cuivrée pour passer son licol autour de son encolure. Heureusement, Fall n'était pas de ces chevaux trop compliqués pour ouvrir la bouche. Bien au contraire, elle l'ouvrait volontiers, toute possibilité de croquer un doigt étant bonne à prendre. Leny se pressa de passer ses oreilles dans la tétière pour pouvoir ajuster les boucles de la sous-gorge et de la muserole. Il avait décidé de la monter en mors simple. Elle n'était pas très compliquée dans sa bouche, et il ne voulait pas risquer d'augmenter les conflits avec une embouchure plus dure.Sans plus traîner, il attrapa les rênes et détacha pour de bon le licol. Il se tourna vers Mila, alors que la jument se mettait en marche. Mila s'était un peu écartée évitant de se retrouver sur le chemin de la jument alezane, décidée à montrer son mécontentement à travailler.

Leny : Si tu peux prendre ma cravache près des brosses s'il-te-plaît, ça pourrait être utile.
Mila : Oui !

Au cas-où elle se montrerait trop envahissante en main. Au cas où il serait vraiment nécessaire de se fâcher pour se faire comprendre. Au cas où il faudrait lui courir après en agitant quelque chose pour la défouler franchement. Une cravache ne serait pas de trop, même s'il ne s'en servirait pas forcément. La blonde attrapa rapidement la cravache et suivit le duo déjà devant elle. Elle voulait juste les observer et intervenir qu'en cas de besoin pour son ami. La jument avait la grande bougeotte et elle se dit que finalement, Screw n'était pas aussi monstrueux qu'elle se l'imaginait...

Mila : Elle est toujours comme ça ... ? Tu es suicidaire quand même, tu le sais ?
Leny : Et oui ! Une pile électrique...

Elle voulut rire un peu pour détendre l'atmosphère qui était un peu lourde. Leny aimait les sensations fortes et les risques, elle le savait, mais de là à directement monter une jument très caractérielle, elle trouvait ça limite dangereux en fait. En tout cas ce n'était pas elle qui s'y risquerait. Après chacun avait sa méthode de travail, de faire les choses. Peut être que c'était un mauvais caractère de la jument, mais qu'une fois montée et mise au travail elle avait un certain potentiel et qu'elle se montrait moins dominante, ou sur la défensive. Tout restait encore à découvrir, c'était pour cette raison que Leny abandonnait l'idée de s'atteler seul à son cas. Leurs fonctionnements étaient foncièrement différents, autrement il aurait sans doute déjà réussi à trouver un terrain d'entente. Notamment à pied, où il ne devait pas relâcher son attention.
Ils arrivèrent devant la structure de travail choisie par Leny et la blonde se mit au centre, attendant de voir s'il voulait de l'aide pour se mettre en selle. Il tâcha d'abord d'empêcher la jument d'avancer davantage pour pouvoir vérifier la sangle. Ce n'était pas chose facile, étant donné qu'elle tournait autour de ses épaules, mais il en avait vu d'autres dans le genre. Sans la lâcher, il se tourna vers Mila.

Leny : Les courtes-échelles en mouvement ça te connait ?
Mila : Oui !

Un léger sourire s'était glissé sur ses lèvres. Façon course, bien entendu. Il était encore trop compliqué de l'immobiliser pour monter, il préférait plutôt ne pas se casser la tête et se hisser sur son dos de la manière la plus rapide possible. Il pouvait compter sur Fall pour ne pas perdre une seconde à l'attendre. Certes, un simple bon façon pony-games pouvait passer puisqu'il arrivait bien à en faire avec son grand bai mais ce serait aussi la meilleure manière d'être expulsé en l'air sans délai. La blonde voyait bien de quoi il parlait. Et effectivement, dans son métier de groom et de cavalière maison, elle n'avait pas eu le choix que d'apprendre à les faire, tant pour elle que pour les cavaliers de l'écurie. Beaucoup de chevaux étaient assez sanguins et avaient du mal à rester à l'arrêt au moment du montoir. Ça ne lui posait pas plus de problème, mais depuis son arrivée à l'académie, elle n'avait pas vraiment eu à en faire. Il fallait qu'elle prévienne Leny en cas d'échec au premier essai.

Leny : Après je te préviens, j'ai un peu abusé sur les galettes ces derniers temps.
Mila : Et tu as eu la fève ? -rire- Bon par contre ça fait quelques temps que je n'ai pas fait de courtes échelles sportives...
Leny : Bien sûr ! Plus t'en manges, plus tu as de chances de l'avoir !

Il plaisantait, bien entendu. Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'en avait pas mangé. Mais les fêtes en Irlande lui avaient peut-être bien fait prendre un ou deux kilos. Ce n'était pas bien grave, il fallait toujours un minimum de stock pour passer l'hiver sans avoir trop froid. La groom avait rit à ce que venait de lui dire Leny. Il pensait vraiment être gros ? Ou que son poids lui poserait problème ? Elle en avait vu des pires quand même... Elle lui répondit donc à la légère, montrant que ça ne lui posait aucun problème et au passage lui expliqua sa petite rouille quant au montoir. Il commença à tracer un petit cercle à main gauche pour limiter leurs pas par rapport à ceux de la jument avant de tendre sa jambe gauche à la finlandaise.

Leny : A ton décompte.

De préférence sans trop traîner, pour qu'il n'ait pas à sauter à cloche-pied trop longtemps à ses côtés. Mais il lui faisait confiance pour lui donner la bonne impulsion. La groom saisit la jambe du cavalier avec ses mains et ne tarda pas à lancer le décompte, prenant impulsion sur ses jambes tout en se déplaçant avec les mouvements de la jument alezane, visiblement grande impatiente.

Mila : Un .. Deux ... TROIS

Elle prit une grande impulsion sur ses jambes et leva ses bras avec la force qu'elle avait pour aider l'irlandais à se mettre en selle avec le plus de facilité possible. Elle espérait que ça irait et qu'il ne finirait pas au sol à cause du caractère explosif de la rousse qui faisait mine de bondir à peine le brun avait-il posé ses fesses sur la selle. L'irlandais put avoir l'élan nécessaire pour passer largement sa jambe droite par-dessus la croupe de l'alezane et s'asseoir dans sa selle sans trop de violence. Regard en quête de Mila, pour s'assurer qu'elle n'était pas à proximité. Il n'eut qu'à serrer les jambes et s'empresser d'imposer une flexion latérale d'encolure pour arrêter Fall dans son élan. A demi propulsé sur le pommeau de la selle, il se repositionna rapidement pour mettre ses étriers. Sentant la jument commencer à reculer, il relâcha légèrement ses doigts sur les rênes pour la laisser partir au trot.

Mila : Ça va ? Désolée je suis un peu rouillée ...
Leny : Non t'en fais pas, c'est normal.

Il le sentait, elle était déjà prête à exploser. Sans chercher à la calmer, il s'attela à la placer assez haut pour empêcher les coups de culs ou au moins pouvoir éviter de se faire surprendre. Mieux valait qu'il reste un bon moment à trotter sans se préoccuper de rien, il n'en faudrait pas moins pour commencer à la fatiguer un tant soit peu. Pour la décontraction, il ne se prenait pas la tête. Même si ça allait à l'encontre de ses habitudes de travail, il ne pouvait pas lui en demander autant alors qu'il parvenait à peine à limiter ses explosions. Il la sentait déjà trop tendue pour espérer quoi que ce soit. Ses mollets fuyaient les flancs de la jument, pour éviter de l'irriter. Contrairement à ses autres chevaux, Fall ne supportait pas le contact de la jambe, il avait pu l'expérimenter. A coup de cercles et de changements de mains répétés, il parvint au moins à pourvoir se permettre une petite décontraction sans risquer de déguster du sable.

Regard qui quitta l'observation des oreilles de la pur sang irlandais pour chercher la finlandaise. Il se sentirait con de parler dans le vide. La blonde regardait les débuts de Leny sur le dos de la grande rousse. Visiblement elle avait beaucoup d'énergie à revendre et semblait pas vraiment de bonne humeur. C'est là qu'elle se disait que finalement Screw serait peut-être plus facile à vivre. Mais il fallait beaucoup de courage et de patience au brun pour canaliser la jument et Mila lui en souhaitait beaucoup. Par précaution elle s'était éloignée, quittant la zone de travail pour se mettre en sécurité mais prête à intervenir à tout moment.

Leny : C'qui est chiant c'est que je peux pas me relâcher trop longtemps sans qu'elle en profite.

Elle accélérait à la moindre occasion. Pour l'heure, il parvenait à l'occuper par des courbes répétées. Mais au bout d'un moment, elle se lasserait et commencerait à être plus compliquée.

Leny : Dans quelques minutes elle va commencer à transpirer mais ne commencera pas du tout à s'épuiser.

Et il se préoccupait vite de se concentrer sur la bouche de la jument, qui commençait à se crisper sur son mors. Délicate manœuvre qui débutait alors. Pianoter délicatement sur ses rênes sans risquer pour autant l'énervement. Il ne pouvait pas enlever des doigts des rênes, pour continuer à la reprendre à la moindre tentation. Pourtant, il sentait qu'il fallait alléger davantage la pression. Et le premier débordement arriva. Une poussée de la jument pour prendre le galop, la poigne de l'irlandais qui se ferma immédiatement, accompagné du bassin qui se bloqua dans sa selle pour aller contre le mouvement. Foulées retenues de Fall, oreilles plaquées en arrière, avant de se solder par un début de cabré. Se rappelant sa précédente aventure, Leny jeta ses mains vers la bouche, mettant tout son poids vers les épaules et pressant ses talons contre ses flancs pour la propulser en avant avant de relâcher sa pression.

Un soupir lui échappa, alors qu'il la laissait trotter avec énergie. Mila eut une première frayeur en voyant que Fall était prête à se mettre debout mais heureusement Leny était un très bon cavalier et eut de très bons réflexes. Ce qui était sûr c'est que la jeune femme ne voulait en aucun cas d'un tel cheval au travail.

Leny : Et c'est ça tout le temps...
Mila : Je te savais à la recherche de sensations fortes mais là, tu as touché le gros lot !
Leny : Tu peux le dire !

La finlandaise rit un peu à la fin de sa phrase comme pour faire de l'humour même si elle pensait vraiment ses mots. Après il avait peut-être ses propres raisons pour garder cette jument, totalement différente, à l'opposé même, de ses autres chevaux. La concernée commençant une nouvelle fois à s'énerver, l'irlandais la remit vite au trot pour l'occuper avec une succession de flexions d'encolure et de variations d'allure pour l'inciter à se vider doucement mais sûrement. Le ton restait sur la bagarre, Fall cherchant la moindre occasion pour lui prendre la main ou ne lui pardonner aucune dureté. Ils tournaient en rond, autant qu'il s'y était attendu. Elle avait retenté plusieurs fois de se lever lors de transitions descendantes, qu'il abandonna vite pour éviter de risquer une réaction plus violente.
Plusieurs minutes passèrent, et c'était toujours le même cinéma la blonde était désespérée pour Leny.

Mila : Hm .. Ça donne quoi le travail en longe avec elle ? Et en liberté ?

Elle essayait de prendre quelques infos pour voir si les conseils qui lui avaient été donnés pouvaient être applicables pour le binôme irlandais. Bien souvent, un cheval nerveux ou débordant d'énergie, il vaut mieux le travailler un peu avant la monte. Donc soit un peu en longe, soit la matinée en liberté ou en longe sur des séances plus ou moins longues selon ce qui est à venir comme travail. Enfin, dans la théorie, tout dépendait de ce que l'équidé montrait comme volonté à travailler. Il lui glissa un regard désespéré, accompagnant ses paroles.

Leny : La longe on ne peut même pas en parler... J'ai déjà essayé, elle envoie les postérieurs.

Il ne comprenait pas vraiment d'où pouvait lui venir un tel comportement mais il ne se rappelait pas non plus l'avoir déjà vue longée. Devant la réaction qu'en disait Leny, le travail en longe ne serait donc pas pour de suite. Elle attendait de savoir si le travail en liberté pouvait être possible ou si la jument était vraiment trop dangereuse pour que ce soit envisageable.

Leny : Par contre je n'ai pas essayé la liberté.
Mila : Hé bien si tu veux on peut essayer ensemble ? Comme ça aucun danger.
Leny : Allez, on va tester ça.

Principalement pour une raison peu anodine, il craignait de passer plus de temps à tenter de l'attraper qu'à la monter. Cette piste pouvait rester explorable, même si ce n'était pas dans ses habitudes. Contre toute attente, il ne passait pas un temps interminable à tenter de la ramener du paddock. Du moment qu'il s'y essaierait en manège. La blonde voulait aider son ami tout comme il l'aider à retrouver son niveau en complet et en confiance.

Mila : On peut essayer de se fixer un jour et une heure où on est sûr de trouver un manège. Inutile de courir un risque en allant en carrière ou dans un rond.
Leny : Ou l'arène même, elle est assez grande je pense.

La jeune femme lança un sourire à l'irlandais espérant que cette piste pourrait s'avérer positive et pourrait les aider dans le travail de la jument. Enfin surtout à lui. Elle ne s'y connaissait pas énormément en travail en liberté et le peu qu'elle faisait était avec Champion's, qui était un vrai amour, donc ça ne serait très certainement pas du tout pareil mais si c'était une des seules pistes restantes, autant essayer.

Mila : Puis sinon, il te reste la possibilité de demander conseils aux propriétaires du refuge, ou d'un éthologue sinon ...
Leny : J'irai plutôt vers le refuge.

Il se sentait mieux, ça ne s'expliquait pas, même s'il n'était pas prêt à y laisser l'alezane en pension. Par besoin de la garder sous l’œil, en dépit de tout ce qu'elle pouvait lui faire subir. Mais il était certain de ne pas pouvoir la travailler seul, ce ne serait pas souhaitable de se risquer à monter sur son dos sans personne pour le ramasser en cas de pépin. La groom lui avait sourit, contente de savoir que son ami avait conscience du danger que pouvait représenter le travail de cette jument. Et qu'il était parfois nécessaire de demander de l'aider à des personnes extérieures, à des professionnels. Au moins elle pouvait être tranquille là-dessus.

Leny : J'ai failli lui changer son mors aussi, mais j'ai peur que ce ne soit pas une solution...

Elle était d'une bouche assez compliquée à comprendre. Comme en l'instant, elle pouvait se montrer extrêmement sensible aux moindres actions de main mais devenir d'une raideur incomparable une fois qu'elle s'était mise en tête de tenter de le virer. Elle n'était pas simple à canaliser dans ce genre de situation, qu'ils n'avaient heureusement pas encore rencontré dans cette séance. Il y avait sûrement de nombreux problèmes à résoudre, il allait falloir les dénicher les uns après les autres. Il était vrai que parfois un équipement mal adapté pouvait avoir des conséquences assez importantes, catastrophiques, et le cheval ne pouvant pas parler communiquait de la seule façon qu'il le pouvait, en se débattant à sa manière. mais de là à ce que ce soit un simple problème d'embouchure ? La blonde était assez mitigée.

Leny : Faudrait que je regarde aussi si mes selles lui conviennent vraiment aussi, elle est un peu plus fine que Die je trouve.

Et le crème lui-même n'était pas trop massif pour le moment. Pourtant, il y avait un écart entre les deux, il le sentait bien à sa descente de jambe moins confortable sur la jument.

Mila : Oui après peut être qu'il faudrait voir avec un spécialiste en selle si elle est en bon appuie sur son dos ou non. Mais à mon avis, avant de parler problème d'équipement, il y a peut être autre chose. Peut être que comme pour Screw et moi, il faut bien revoir le travail à pied, le respect, la confiance avant de la monter.

Elle savait que le cavalier pouvait mal prendre ce genre de conseils, tout comme elle l'avait assez mal pris de la part d'Alex, mais ça s'était avéré être vrai. Même si elle travaillait depuis des mois, voire plus d'un an, à pied avec Screw, il en restait encore pas mal de travail avant que la relation soit bien installée et qu'elle puisse évoluer. Elle avait cependant la chance de ne pas pouvoir encore le monter car il avait besoin de se re-muscler suite à sa convalescence. Il s'était contenté de hausser les épaules, peu convaincu et un peu entêté. Il croyait peu en l'idée de prendre davantage son temps, même s'il n'avait jamais vraiment souhaité la travailler à pied. Elle le paumait, c'était tout.

Mila : Je sais qu'on ne peut pas comparer, que les deux ont des histoires différentes et un travail différent. Mais au final on est tous les deux au même point, revoir les bases...
Leny : Le soucis c'est qu'elle a déjà prouvé qu'elle peut détruire tout ce qui a été construit en quelques minutes.

Elle espérait que son ami ne le prendrait pas mal, qu'il ne se vexerait pas comme elle l'avait fait, et qu'il finirait par trouver dans quelle voie travailler la jument alezane. Cette dernière commençait à se stabiliser au trot, bien qu'encore tendue.

Leny : Ma mère a pris son temps avec elle. Elle est arrivée à la faire courir à bon niveau en complet et ça ne l'a pas empêchée de finir à l'ostho du jour au lendemain.

Et autant le fils que le cavalier n'ont pas compris ce qui a pu se passer. Puisque sa mère n'a plus le moindre souvenir de son accident, seule Fall sait ce qui a pu se passer. Si elle était dotée de parole, les choses pourraient sûrement s'éclaircir. Pour l'heure, ils restaient dans la frustration du secret. La blonde n'avait pas su quoi répondre. Visiblement la jument avait vécu quelque chose de traumatisant, ou alors elle avait tout simplement péter un plomb du jour au lendemain. Et la finlandaise avait bien vu que le sujet était compliqué ou douloureux pour le brun alors elle n'insista pas plus. Et puis elle n'était pas une psy ou une éthologue et elle ne chercha pas à entrer dans les détails ou mieux comprendre. Pour l'instant elle observait le binôme en espérant que la séance se terminerait bien pour Leny.

Leny : Mais on tentera déjà la liberté, à voir ce que ça donnera.
Mila : Oui ça reste une piste à étudier.

Ça lui paraissait testable, et pas trop risqué non plus. A force de répéter les séances passées à le défouler, elle pourrait aussi finir par se calmer, ce qui faciliterait déjà les choses. Mila espérait vraiment que ce serait une solution une début de piste à travailler et qui pourrait aider pour la suite. D'après ce qu'avait dit l'irlandais, la jument avait assez bien fini en compétition. Donc ce n'était pas un problème d'éducation, de débourrage ou autre. Mais ce que pensait la groom, c'était que le travail pour Leny serait plutôt long s'il voulait pouvoir l'amener à nouveau à haut niveau de complet ... Encore fallait-il réussir à monter sur son dos sans que la rousse ne se braque constamment. La chose s'annonçait compliquée, et ça se voyait déjà suffisamment sur son visage.

Leny : Je vais la galoper un coup pour la laisser prendre de l'amplitude et je pense que ce sera suffisant pour cette fois.

Et il n'eut pas à faire grand chose pour qu'elle prenne l'allure supérieure. Elle n'attendait que le feu vert dans les doigts de l'irlandais depuis l'instant où il s'était assis sur son dos. D'un coup de dos, elle s'élança en le clouant un instant dans sa selle. Heureusement que Quod était le spécialiste des secousses, il tenait plutôt bien. Si le début s'annonça rebondissant, il put profiter d'une longueur pour alléger son dos de son mieux, limité par la selle de dressage. En la laissant tranquille, il put la sentir s'étendre horizontalement, dans cette position économique plus traditionnellement retrouvée en cross. Il abandonna l'idée de faire un cercle, la sentant se contracter à nouveau. Il opta finalement pour changer de main et de pied sur une diagonale agitée avant d'attendre qu'elle commence à ralentir doucement pour en profiter pour la repasser au trot plus ou moins bien.
Il put enfin se retourner vers la finlandaise.

Leny : C'est pas demain que tu nous verras en dressage !
Mila : Non mais il y a quand même du progrès !

Le ton était sur l'ironie. Ils étaient loin d'une attitude de travail qu'ils avaient au trot. Mais au moins, il s'était évité trop de soucis. La jeune femme lui avait rit en guise de réponse, et avait retrouvé son sérieux, ayant quand vu une petite évolution pendant la séance. C'était très loin d'une séance parfaite mais avec une jument aussi compliquée, elle était contente que son ami ne se soit pas retrouvé au sol. Elle regarda la fin dans le calme.

Mila : Tu veux qu'on la rentre ensemble ?

La finlandaise se demandait si la jument rousse serait un peu plus calme sur le chemin du retour vers le box ou si elle déborderait toujours autant d'énergie. Finalement elle se trouvait chanceuse avec Dazzel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mila/Leny
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mila need you for US Army
» Bonjouuur Mila_chocola est là !!!
» riot queen (mila)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle vie :: Persos-
Sauter vers: